Prévention du coronavirus: Le Gal. Salif Traoré sort l’artillerie lourde

C’est une opération déminage grandeur nature que le ministre malien de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif Traoré, a décrétée dimanche dernier afin de stopper la propagation de la pandémie du coronavirus au Mali.

 

C’est vrai que nous sommes encore loin de la fulgurance avec laquelle le Covid-19 s’est répandue dans des pays comme la Chine, l’Italie, l’Espagne ou l’Iran, mais c’est un devoir pour le Général en chef de prendre des mesures d’urgence pour, dans un premier temps, casser la chaîne de transmission du virus, et dans un deuxième temps « le bouter  hors du Mali ».

Ainsi, tous les bars-restaurants, les rassemblements sociaux, culturels de plus de 50 personnes, sont bannis pour compter du 22 mars, qu’ils soient prévus dans des espaces fermés ou en plein air et ce, en attendant l’évaluation prochaine de la situation en vue d’éventuels réajustements. Il a également appelé les maliens à se calfeutrer chez eux et pour des semaines durant, de 7 h du soir à 5 h du matin.

Dans le même temps, le pays sera coupé du reste du monde et nos compatriotes ont été invités à limiter les déplacements autant que possible d’une ville à une autre, d’une région à une autre. Des mesures véritablement préventives pour les uns, cosmétiques pour les autres ; ces derniers estimant à tort ou à raison que tant que les marchés resteront achalandés, et les transports en commun ne seront pas interdits, le Covid-19 aura de beaux jours devant lui au Mali.

Selon eux, il eût fallu décréter rien moins que l’État d’urgence sanitaire et donner des pouvoirs additionnels aux forces de sécurité intérieure (Police, Gendarmerie, Garde nationale, Armée de Terre) pour faire respecter les mesures de distanciation sociale requise dans le cas d’espèce. Ce raisonnement n’est pas dénué de sens, surtout dans un pays comme le nôtre où la capacité de prise en charge des patients en soins critiques, est très limitée. Mais n’oublions pas que la plupart de nos compatriotes tirent leurs revenus de l’économie informelle et que, de ce fait, des mesures trop restrictives entraîneraient à moyen, peut-être même à court terme, de sérieux problèmes de survie.

Faisons tous preuve de civisme et de responsabilité

Certes, des dizaines de maliens, et sans doute bien davantage, pourraient déjà contracté l’insidieux virus, mais ce serait énormément risqué pour le président IBK de mettre le pays en quarantaine généralisée, car les conséquences économiques et sociales seront terribles : beaucoup d’employeurs mettront la clé sous la porte, les hôtels et les grands magasins vont subir de plein fouet la fermeture des frontières, bref le pays plongera à coup sûr dans une récession avec des pans entiers de notre économie qui seront sinistrés.

Mais comme de deux maux, il faut choisir le moindre, le gouvernement malien, à l’instar des autres, a opté pour le confinement des populations autant que faire se peut en raison de l’absence de traitement fiable contre le mal, de son mode de contamination et de la mutation génétique possible qui conférerait une dangerosité accrue au virus. Mais une chose est de prendre une batterie de mesures censées être salvatrices, une autre plus difficile dans ce pays de grognards, est de les faire respecter.

Espérons que pour cette fois-ci, nous ferons tous preuve de civisme et de responsabilité en évitant de jouer à la roulette russe avec la santé de chacun. Il faut noter d’ailleurs que ce n’est pas la première fois que des populations ont été appelées à la claustration pour éviter la propagation massive de maladies potentiellement endémiques.

On l’avait vu au lendemain de la Première Guerre mondiale quand, dans une Europe dévastée par le conflit et au système de santé moribond, les différents gouvernements n’avaient pas eu d’autre choix que de confiner les survivants de la guerre afin de stopper l’épidémie de grippe dite espagnole qui s’y était répandue comme une  traînée de poudre à la faveur des gigantesques manifestations de rue organisées pour célébrer la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie.

Plus récemment et cette fois-ci en Afrique de l’Ouest, c’est par ce même moyen de confinement que les pays du golfe de Guinée ont réussi à circonscrire avec succès un autre virus autrement plus létal : Ebola. Quoi qu’on dise donc, la mesure du Gal. Salif le dimanche dernier, a déjà le mérite de faire prendre conscience à tous ces maliens incrédules, que l’heure est grave comme on dit.

Mais ce discours aurait été mieux compris et apprécié s’il avait annoncé dans la foulée des dispositions prises pour éviter les risques de faillite auquel seront livrés certains acteurs du monde économique, des mesures d’accompagnement en faveur de nos compatriotes aux revenus modestes, si la situation restait en l’état des semaines ou des mois durant.

Qu’à cela ne tienne, nous devons, face à cette nouvelle adversité, nous serrer les coudes et respecter scrupuleusement ces mesures restrictives de liberté inédites, si nous ne voulons pas voir se réaliser les prophéties apocalyptiques de ceux qui annonçaient l’ouverture « des portes de l’enfer » dans notre pays. Une chose est sûre, ce Covid-19 laissera des traces au Mali sur le plan sanitaire, mais aussi sur le plan politique, à la veille de ces élections législatives.

Car, en plus de la gestion du phénomène du terrorisme et de la fronde sociale qui sont, du reste, passés ces derniers temps au second plan dans les conversations, la manière dont nous sortirons de cette nouvelle crise sera forcément scrutée à la loupe par nos compatriotes afin d’évaluer objectivement, le moment venu, la capacité du régime malien à tenir la barque et à faire face à l’épreuve, comme il l’avait promis aux maliens à l’entame de son second mandat particulièrement mouvementé.

Jean Pierre James

SourceNouveau Réveil

Suivez-nous sur Facebook sur