Pour non satisfaction de leurs doléances : Le SYNABEF et la FENPECAB projettent une nouvelle grève de 96 heures à partir du mardi 12 novembre

A nouveau, le Syndicat National des Banques, Assurances, Etablissements Financiers- Micro finances et Commerces (SYNABEF) et la Fédération Nationale de pétrole, Commerces, Assurances et Banques (FENPECAB) ont décidé d’observer une grève de 96 heures reconductible à 120 heures sur toute l’étendue du territoire national si leurs doléances ne sont pas satisfaites. Cette grève débutera le mardi 12 novembre à 00H00 et s’achèvera le vendredi 15 novembre à minuit.

Le préavis de grève a été déposé sur la table des négociations depuis le lundi, 28 octobre 2019 afin qu’une solution soit trouvée pour éviter le pire.

Le préavis énumère les points de désaccord suivants : ‘’Considérant le rôle prépondérant et primordial des banques, établissements financiers, compagnies d’assurances et commerces dans l’économie du Mali; considérant les Accords conclus le 28 octobre 2014 entre le Gouvernement- CNPM-UNTM non traités par nos secteurs (APBEF-CCAM-AP SFD Commerces) ; considérant les Accords conclus en novembre 2019 entre le Gouvernement- CNPM-UNTM non traités par nos secteurs (APBEF-CCAM-AP-SFD et Commerces ; considérant la lettre du CNPM adressée aux patronats en vue de respecter le protocole d’Accord de 1994 entre le CNPM et les Centrales syndicales; considérant la résolution de l’Assemblée Générale Extraordinaire des salariés des Banques, Assurances, Etablissements financiers, Micro finances et Commerces du 03 octobre 2019 statuant entre autres sur la résolution d’observer une grève de 48 heures avec possibilité de renouvellement jusqu’à satisfaction entière des points inscrits au présent préavis ; considérant la négligence de l’APBEF, du CCAM, de l’AP-SFD et des entreprises de commerce dans le traitement du protocole de 1994 ; considérant la décision unilatérale des dirigeants à payer la part patronale de l’AMO sans considération de la non adhésion des travailleurs à un tel régime dont les fiches de non adhésion ont été dûment remplies et signées par l’ensemble des travailleurs des Banques et Assurances qui bénéficient déjà d’un régime nettement favorable à celui proposé par l’AMO ; la décision illégale et illégitime de la mutation et de la dégradation des syndicalistes pour prise de position syndicale’’ etc.

Les points de revendications sont au nombre de quatre qui sont entre autres: l’application immédiate de la transposition de 24.5% correspondant au taux d’augmentation de 20% (2014), de 19,56 % (2019) moins les 15 % d’augmentation de 2018 soit 24.5%, et l’application de 11 % en 2021 ; la cessation des paiements de la part patronale de l’AMO en attendant l’adhésion des travailleurs du secteur d’activité dont le projet est en étude ; le respect de la liberté syndicale (mutations illégales de syndicalistes notamment) et enfin l’application dans toutes les Banques et Assurances de la disposition conventionnelle et règlementaire sur la mise en place du fonds social et sa dotation (5% du résultat net après impôt) avec un conseil d’administration et sa gestion par des membres du bureau syndical.

Faute d’obtenir satisfaction entière aux doléances ci-dessus, le Syndicat National des Banques, Assurances, Etablissements Financiers, Micro finances et Commerces (SYNABEF) et la Fédération Nationale du Pétrole, du Commerce, des Assurances, Banques et Etablissements Financiers (FENPECAB) d’ici le 12 novembre, les dits syndicats vont observer une grève de 96 heures.

B DIALLO

Notre VOIE

Suivez-nous sur Facebook sur