Pour contribuer au retour de la paix et de la cohésion au Mali : La série de l’humour « Notre beau village » bientôt sur les petits écrans !

Afin de sensibiliser à la paix et au vivre ensemble au Mali, le Ministère de la réconciliation nationale et la Minusma travaillent sur un projet de série de courts-métrages de 26 épisodes depuis quatre mois. Le tournage de ce film se déroule dans le village de Dioulafondo à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Sibi, commune du même nom. Plus d’une trentaine de jeunes humoristes maliens y jouent les têtes d’affiche sont Cheick Oumar N’diaye dit Paracétamol (qui incarne un pasteur peulh) et Mohamed Guindo dit Ronal (incarnant un paysan dogon). L’équipe technique, maliano-burkinabé, est dirigée d’une main de maître par Jonas Ali Sagnon de Malivid, qui est en outre le producteur et le directeur photo du projet. Jonas est épaulé par le comédien malien Bintou Yoro et le Burkinabé Thomas Ouédraogo (OTH), pour la co-réalisation. Le tournage de la série a pris fin le week-end dernier et son lancement officiel est prévu le 5 avril prochain au CICB.

Synopsis d’un des derniers épisodes de la série

« Deux jeunes paysans d’un « beau village », incarnant le Mali en miniature, se chambrent dans un bamanankan à l’accent bien syenara-mamara en brousse. Il s’agit d’un Sénoufo et de son cousin à plaisanterie Mianka. La discussion porte sur la venue inattendue, en file indienne d’étranges engins. Le Mianka en parle, tout inquiet et haletant de fatigue, à son cousin Sénoufo qui n’y croit guère. Furtivement, du buisson surgissent deux hommes, un peu plus âgés en direction des deux jeunes gens à qui ils conseillent en fulfulde (langue peule) et en dogoso (langue dogon) de se sauver. Apeurés, les deux vieux hommes s’évanouissent dans la nature quand les deux autres, plus jeunes, réussissent, grâce à leur qualité athlétique, à regagner le village qu’ils alertent aussitôt. Quelques minutes plus tard, les étranges engins qu’ils fuyaient, un cortège de blindés immatriculés UN s’immobilisent à la place publique du village. Ce sont des blindés de la police de la Minusma en patrouille de routine qui souhaitaient faire escale dans le petit village pour expliquer les missions de l’ONU au Mali. En présence des autorités administratives, politiques et locales (chefs coutumiers, autorités religieuses (chrétienne et musulmane), élus locaux, sous-préfet et bien sûr le Djéliba du village), les policiers de la Minusma déclinent l’objet de leur déplacement sur le village. Il ne s’agit pas de véhicules d’hommes méchants, mais de gens venus aider le Mali à retrouver la paix. » La scène se déroule dans un petit village malien. Ce village fictif qui pourrait se situer n’importe où au Mali, et qui aurait pu s’appeler « Notre beau village » a trouvé cadre dans le village de Dioulafondo, situé à une dizaine de kilomètres de Sibi. « Notre beau village » est justement le nom de cette série de courts-métrages. Elle comprend 26 épisodes de 6 minutes chacun pour sensibiliser à la paix, à la cohésion et au vivre ensemble au Mali. Initiative du Ministère malien de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale et de la Minusma, le tournage de la série, dont le clap de début a été donné le 4 décembre 2019, a connu son épilogue le week-end dernier. Si les mesures prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Coronavirus sont assouplies, le lancement se fera le 5 avril prochain au CICB.

Plus d’une trentaine de jeunes comédiens maliens y ont pris part, autour des personnages centraux qu’incarnent Cheick Oumar Ndiaye dit Paracétamol et Mohamed Guindo dit Ronal. La série développe 18 thématiques dont celui de l’extrémisme violent et religieux, du banditisme, de la cohésion, de la paix, du vivre ensemble, du rôle des élus et des autorités administratives, de l’autonomisation des femmes, du financement et du développement de l’économie locale…

Le film est coréalisé par une équipe technique maliano-burkinabé dirigée par le Burkinabé Jonas Ali Sagnon, de l’agence Malivid, qui en est le producteur et le directeur photo. Le comédien malien Yoro Diakité dit Bintou Yoro et le Burkinabé Thomas Ouédraogo (OTH) en assure la co-réalisation. Ils sont aidés dans leur tâche par la jeune comédienne Inaïssa Touré, assistante de réalisation.

Satisfécit du Ministère de l’État malien malgré les contraintes

Le Ministère de la réconciliation nationale, dont le représentant Alpha Maiga, Conseiller technique et chargé à la communication, s’est déplacé sur les lieux du tournage, a salué l’initiative et la qualité du travail. « Cette série, nous en avons besoin à plus d’un titre. Nous travaillons sur ce tournage depuis 120 jours et tout s’est bien passé malgré les nombreuses contraintes. Nous en félicitons l’équipe. Pour nous, il ne s’agit pas que d’une série, mais plus d’une production audio-visuelle de communication avec pour objectif de ‘divertir pour éduquer’. Le gouvernement du Mali accompagnera la diffusion de la production à travers les radios et les télévisions. », assure M. MaigaEn fin connaisseur du 7e art, Alpha Maiga n’a pas manqué de prodiguer ses précieux conseils aux jeunes acteurs sur la scène.

Dioulafondo, immortalisé à jamais, va bénéficier de l’accompagnement de la Minusma

En marge du tournage de la série, les autorités coutumières de Dioulafondo ont reçu une visite de sensibilisation d’une équipe de la police de la Minusma, le lundi 16 mars dernier. Les représentants du village ont salué l’initiative et sollicité l’appui de la Minusma dans la prise en charge des émoluments des enseignants des six classes de l’école de Dioulafondo, assurés par les communautés. La Minusma se dit prête à soutenir toute initiative de développement communautaire portée par les jeunes et les femmes du Mali. Son chargé d’information publique et de communication stratégique, le Béninois Patrice Honvou, avait auparavant expliqué le mandat de la Minusma au Mali, en termes d’actions civilo-militaires, d’information et de formation des forces armées maliennes et dans la réalisation d’infrastructures physiques avant d’inviter les populations à collaborer avec les forces armées nationales.

Mariam SebaSamake

 

 Source: Le Triomphe

Suivez-nous sur Facebook sur