Parking de chaussures : Une alternative contre le vol

Les fidèles musulmans ont pendant longtemps été victimes de vol de chaussures dans les mosquées. Une situation insolite car les mosquées sont de véritables lieux de culte, de repentance et de pardon. Mais hélas ! Ces lieux sont aujourd’hui devenus des endroits de vol par des personnes mal intentionnées, qui ne viennent que pour ramasser les chaussures des fidèles musulmans pour aller les revendre.

Pour faire face à ces vols de chaussure qui défraient la chronique dans les mosquées de Bamako, une nouvelle tendance pour sécuriser les chaussures a vu le jour, il s’agit de l’aménagement de parkings pour chaussures.

Cette invention est l’affaire des jeunes talibés notamment vendredi devant les mosquées de la capitale. Au lieu d’aller mendier pendant les heures de prière, ces jeunes talibés préfèrent s’installer devant les mosquées, histoire de se faire un peu d’argents et de rendre services en même temps aux fidèles. Postés devant les mosquées, ils surveillent les chaussures des fidèles musulmans qui sont à l’intérieur de la mosquée pour la prière.

Pour les victimes, cette initiative est un vrai ouf soulagement. En témoigne les fidèles musulmans que nous avons interrogés sur la question. « Depuis quelques temps, je vois des enfants qui sont assieds devant les mosquées et quand tu viens, ils t’abordent en vous posant la question suivante : vous ne gardez pas vos chaussures ? Au début j’avais un peu de résistance. Je préférais venir avec un petit sachet et y mettre mes chaussures avant dans la mosquée avec.

Mais après un temps d’observation, j’ai fini par me rendre compte que ces enfants étaient réguliers sur place. Depuis, je leur confie mes chaussures et ils ne demandent que 25 FCFA. Je me suis dit que non seulement c’est un moyen pour moi de leur venir en aide mais aussi de mettre en sécurité mes chaussures. Chaque fois je leur donne 100 francs FCA et leur demande de garder la monnaie. Cette action est milles fois mieux que d’aller mendier dans la rue avec tous les risques, » Confie un fidèle.

Ce business devient du coup, une autre source d’épanouissement pour ces enfants, car n’étant plus obligés de marcher des kilomètres sous le soleil ardent pour quémander. Vendredi juste le temps de la prière, ils font des recettes sans dépenser beaucoup d’énergie, surtout que la mendicité est rude en ce moment. « Les gens ne donnent plus comme avant et nous traitent souvent de tous.

Avec la pression que nous subissons de la part de nos maîtres coraniques, nous gardons les chaussures pour avoir plus d’argent et éviter la bastonnade. Avec cette activité les gens nous admirent en nous donnant plus que ce qu’on demande. En tout cas je préfère ça que de mendier » Nous apprend un talibé devant son petit lot de chaussures.

Adam DIALLO

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook sur