Multiplication des appels à bloquer des routes : attention à la manipulation

Depuis la semaine dernière, les appels à protester contre le mauvais état des routes se multiplient dans plusieurs localités du pays. Si ces mouvements de protestation sont justifiés, les jeunes devraient faire attention afin de ne pas tomber dans le piège de la manipulation.

 

Partis de la région de Kayes, le vendredi 23 août 2019, les mouvements de protestations contre le mauvais état des routes se propagent petit à petit dans le pays. Le lundi et mardi derniers, c’était le tour de la jeunesse de Tombouctou de marcher pour la réhabilitation de leur route.

Sur les réseaux sociaux, les appels à bloquer les routes dans d’autres localités du Mali (Gao, Bougouni, Kadiolo) se multiplient. Si, pour certaines localités, ces mouvements sont justifiés vu l’état de leurs routes, la jeunesse devrait, cependant faire attention afin de ne pas tomber dans la manipulation. En effet des individus mal intentionnés pourraient se cacher derrière certains mouvements pour déstabiliser le pays qui n’est pas encore totalement sorti de la crise multidimensionnelle qu’il vit depuis 2012.

Les manifestations de lundi et mardi derniers à Tombouctou font suite à une fausse information propagée sur les réseaux sociaux, selon laquelle le Premier ministre, Dr. Boubou Cissé aurait instruit à l’entreprise Satom d’arrêter ses travaux au profit de la région de Kayes. Malgré un démenti formel de cette information par la cellule de communication de la Primature, les jeunes ont persisté dans leur mouvement de protestation.

Difficile de ne pas penser à des mains invisibles qui manipulent ces jeunes à des fins inavouées. En outre, les travaux de réhabilitation de la route Diboli-Kayes-Bamako lancés par le gouvernement, après des mouvements de blocage des routes dans la région de Kayes, répondent à des besoins économiques. Plus de la moitié de nos marchandises transitent par le Port de Dakar auquel la route Diboli-Kayes-Bamako donne accès.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur