Mendicité : Des faux mendiants envahissent le terrain !

La mendicité est un phénomène social qui révèle l’extrême précarité de certaines couches de la société. En effet, au Mali, la pratique au-delà des vrais nécessiteux, est aujourd’hui l’apanage de quelques faux mendiants qui passent la journée à quémander dans la circulation à Bamako, leur pitance quotidienne, ou exposer leurs problèmes aux honnêtes citoyens, à travers un chantage aux sentiments.

Ils sont généralement bien portants, ne souffrant aucun handicap physique, mais vêtus de haillons pour les besoins de la cause. Au fait, ce sont des hommes et des femmes de toutes les couches sociales qui se pavanent à travers les grandes artères, les bureaux, les stations d’essence, les feux tricolores, etc. à quémander la piété. Selon ce fonctionnaire, cette situation doit cesser, car elle ternie l’image du pays: «On n’a pas besoin de faire semblant pour avoir du pain. Moi personnellement, de principe, je ne donne pas aux mendiants qui viennent expressément me quémander».

 

Cet usager qui est fréquemment sur le tronçon Faladjiè-Magnanbougou témoigne : «Devant la mairie de la CVI, il y a fréquemment un groupe d’enfants d’à peine 15 ans qui s’adonnent à la consommation de la colle ou de stupéfiants. Ils se comportent en mendiants pour réclamer de la pitié».

 

Outré d’assister à des scènes du genre, cet agent de santé interpelle les plus hautes autorités pour mettre fin à cette pratique : « Mendier est presque devenu un métier qui ne dit pas son nom. Ce sont souvent des bébés que l’on expose à toute sorte de dangers pour implorer la pitié. »

Selon ce mendiant que nous avons rencontré à Faladjié: « La crise qui sévit dans notre pays a fortement laminé notre pouvoir d’achat. C’est pour cela que nous sommes dans cette situation de précarité. Nous le faisons avant tout pour subvenir au besoin de nos familles et survivre sans commettre des crimes. Nous n’avons jamais pensé qu’un jour nous serons dans cette situation »

Chacun de nous doit pleinement jouer son rôle pour que ces individus sortent du corps des mendiants et travaillent pour gagner leur vie à la sueur de leur front.

Andiè A. DARA

Source: Bamako News

Suivez-nous sur Facebook sur