Mali: organisation de mariages, un business florissant au Mali

Au Mali, plus précisément à Bamako, les mariés font de plus en plus appel aux services « d’organisateurs de mariage » dont les tarifs ne sont pas toujours à la portée des bourses moyennes.

Dans la capitale malienne, tout le monde rêve d’avoir une réception de mariage digne des films nigérians, un  service qui n’est pas forcément accessible à tous, vu que la qualité a un prix. Mahamane Traoré est un jeune qui possède une entreprise spécialisée dans l’événementiel, notamment l’organisation de mariages. Ses prestations sont facturées 75 000FCFA, pour un service de  décoration, et plus. Mahamane n’a pas de prix plafond, puisque « tout dépend des demandes du client et du standing désiré ». Pour les plus exigeants le prix peut s’élever jusqu’à 500 000FCFA « Nous mettons à leur disposition une salle, des tables et des chaises, en plus de la décoration et des serveurs. Je trouve donc le prix raisonnable », nous explique Mahamane, qui est dans ce domaine depuis 6 ans déjà.

Pourtant, ce n’est pas le prix qui rebute la clientèle. Fatoumata Daffé a déboursé près de 400 000FCFA pour  s’offrir une salle de 150 places équipée et décorée pour sa cérémonie de mariage et a fait appel aux services d’une entreprise d’événementiel. « Je pense que l’argent ne compte pas lorsqu’il s’agit d’un événement unique dans la vie d’une personne ». Elle ne regrette aucunement ses dépenses, estimant que le service a été pleinement à son goût.

Le jeune entrepreneur Touré a vite compris la demande du marché et se meut avec des  innovations. Son entreprise propose  de prendre en charge tous les aspects de l’organisation du mariage : la décoration, le service traiteur, la location du matériel (chaises, tables), les photos et les vidéos, la sécurité, le maître de cérémonie, le Dj, le logo, les hôtesses et la location de la voiture pour les mariés.  En la matière, les prix varient et les tarifs des prestataires peuvent parfois aller jusqu’au million de FCFA.

Une facture que certains trouvent très salée, comme Salimata Sidibé, une jeune fille de 26 ans. Elle envisage de  créer une entreprise pour  concurrencer les prestataires existants. « Je n’approuve pas du tout que juste pour décorer une salle l’on paie 500 000FCFA. En plus, ils utilisent les mêmes objets décoratifs pour divers mariages. Je compte bien intervenir dans ce domaine pour satisfaire les moins aisés », affirme-t-elle.

Niamoye Sangaré

Nordsudjournal

 

Suivez-nous sur Facebook sur