Mairie de la Commune I : La prédation foncière à ciel ouvert!

Le Mali va très mal à cause des tripatouillages fonciers les plus retentissants et en toute impunité qui y ont pris corps. Ces comportements d’un genre nouveau sont de nature à jeter le discrédit sur notre pays. Certains pensionnaires véreux de la mairie ont pris la ferme résolution de s’abonner à ces pratiques ignobles et dégradantes.
Depuis l’avènement de Madame Konté Fatoumata Doumbia à la tête de la mairie de la Commune I du District en 2004, le désordre s’est confortablement installé.

En effet, l’hôtel de ville de Korofina s’est empêtré dans une gestion calamiteuse émaillée d’un laxisme et d’un pilotage à vue inqualifiables.
Le bilan de cette baronne de l’ADEMA-PASJ à l’époque, légué à son successeur a été jugé globalement négatif par les populations qui ont été témoins de ses mandats successifs.
Cette mégère aux dents longues et les ressources humaines peu recommandables qui ont gravité autour d’elle toutes ces longues années, ont réussi à transformer la mairie en un laboratoire spécialisé dans les fricotages fonciers, les détournements de deniers publics et les arnaques les plus spectaculaires.

Comme si elle avait signé un pacte avec Lucifer, cette dame de merde a semé partout où elle est passée, le désarroi et la désolation.
Elle et son équipe rompue à la magouille se sont rendues responsables des bassesses foncières les plus odieuses enregistrées en Commune I. Elles personnifiaient la terreur et la calomnie dans la zone dite des 84 hectares de Nafadji sur la base du faux et usage de faux au détriment d’honnêtes citoyens qui sont sans vergognes spoliés de leurs patrimoines fonciers acquis de haute lutte et au prix d’énormes sacrifices.
Aux dernières nouvelles, l’ex très affairiste maire serait installée au Burkina.

Celui qui préside actuellement aux destinées de la Mairie de la Commune I s’appelle Mamadou B. Kéita. Il est promoteur d’Universités privées et de quelques GIE. Parvenu à ce poste politique hautement sensible à cause de son militantisme exacerbé au RPM, il doit impérativement se battre sur deux fronts sociaux : la prédation foncière à ciel ouvert qui bat son plein et les scandales consécutifs aux constructions illégales dans l’emprise des rails.

Puisque l’administration est sans conteste une continuité, l’actuel locataire de l’hôtel de ville de Korofina qui a bien voulu nous accorder un peu de son temps, assiste impuissant à ce gigantesque festival de malversations foncières. Animé par le désir de finir son mandat en beauté, il a pris l’engagement de combattre jusqu’à la dernière énergie cet indescriptible fricotage foncier érigé en règle de conduite.
A la question de savoir ce qui se passe exactement sur le terrain, il a déclaré être tout à fait conscient que le site des 84 hectares est véritablement une poudrière dans la Commune dont il est le premier responsable. Il a décidé de prendre toutes ses responsabilités pour trouver une solution définitive à cette équation foncière.
Au lieu de se lancer dans cette noble et salvatrice croisade, certains agents véreux de la municipalité ont écrit aux autorités policières pour leur demander de relever purement et simplement le Commissaire Divisionnaire en Charge du 6eme Arrondissement de ses fonctions. Raison invoquée, ce dernier s’immiscerait dans leurs affaires troubles et répugnantes. Quel culot !
Qu’on ne se trompe pas d’ennemi. L’officier de police émérite dont le départ est réclamé à cor et à cri par cette tristement célèbre mafia qui opère au vu et au su de tout le monde à la mairie et en toute impunité, est un citoyen d’honneur de la Commune. Son expertise en matière de la sécurité est avérée.

Quand ce policier hors pair débarrassait la circonscription communale et environs de redoutables gangs de malfrats qui semaient la terreur, n’était-il pas l’homme le plus adulé à la mairie ?
Quand il mettait hors d’état de nuire des assassins, des violeurs, des escrocs et des présumés djihadistes pour le plus grand bonheur des populations de la Commune, que faisiez-vous ?
Quand il réussissait à pacifier les fidèles musulmans entre eux avec à la clé, la réouverture de certaines mosquées fermées pour incompatibilité d’humeur ayant abouti à la naissance des clans rivaux, où étiez-vous ?
Quand le sacré Commissaire Divisionnaire en charge du 6eme Arrondissement, Tapa Diallo élaborait son plan de sécurisation dont un axe portait sur le retour de la paix et de la discipline dans les établissements scolaires de la Commune devenus des nids de bandits abonnés à l’alcool, à la drogue et à la prostitution, vous dormiez peut-être ?
Avec sa salutaire politique communicationnelle relative à la mise en place des comités de veille dans chaque quartier aux fins d’informer à temps réel le Commissariat sur tous les mouvements suspects observés, beaucoup de situations n’ont-elles pas été sauvées ?

Oui, le locataire de l’hôtel de police de Korofina a été de tous les combats, sur tous les fronts : De la sécurité au foncier en passant par l’environnement et la religion, son empreinte est là.
Toutes les distinctions et autres prix qui lui ont été décernés par les notabilités de la commune à cause de ses initiatives salvatrices et de ses exploits multiples, constituent un témoignage éloquent de son dévouement pour la cause de sa circonscription communale.
Son implication dans la gestion controversée des litiges fonciers vous dérange énormément. Son instinct policier découvre à chaque instant vos grossières et mercantiles manigances. Vous ne servez pas la Mairie. Loin de là, votre devise c’est de vous enrichir sur le dos d’honnêtes citoyens qui vous ont fait confiance.

Alors, il est grand temps de faire votre mea-culpa. Arrêtez votre char et laissez le Commissaire faire son travail. Au lieu de chercher à le vilipender vaille que vaille, approchez-le, communiquez avec lui, si vous voulez réellement le rayonnement socio-sécuritaire de la Commune I.
Les autorités policières auprès desquelles vous avez sollicité son départ ne sont pas dupes. Elles ne vous suivront pas dans votre cabale mensongère contre un officier de police respecté et respectable de la dimension de Tapa Diallo.

BMC
EchosMédias

Suivez-nous sur Facebook sur