Loi sur le foncier agricole au Mali : L’état de la mise en œuvre en point de mire

Adoptée en avril 2017,  cette loi donnera  plus d’opportunités aux femmes et aux jeunes d’avoir 15 % des terres aménagées, une première dans  notre pays

Sur  l’initiative de  l’Ong « ONE Campaign », en partenariat avec la Fédération nationale des jeunes ruraux (FENAJER) Mali, s’est tenu  jeudi dernier, à la Maison du partenariat de Bamako, un atelier d’échanges sur l’état de mise en œuvre de la loi sur le Foncier agricole au Mali. Avec au moins un participant attendu de chacune des organisations faitières, il s’agira, au cours de cet atelier, de faire la lumière sur l’état de la mise en œuvre de la loi foncière, les avancées, les initiatives et les obstacles qui entravent le processus.

La rencontre permettra de rendre publique la  nouvelle loi foncière ; informer les acteurs sur les activités menées à Sikasso et Koulikoro, dans le cadre de la mise en œuvre du partenariat entre « ONE Campaign », la FENAJER-Mali et le Secrétariat permanent de la Loi d’orientation agricole. Il sera, aussi, questions pour les participants de  dialoguer autour d’un plaidoyer efficace pour la mise en œuvre de la loi foncière, à la faveur de l’adoption rapide d’un décret d’application.

Cette loi foncière agricole, adoptée en avril 2017, donnera  plus d’opportunités aux femmes et aux jeunes d’avoir 15 % des terres aménagées, une première dans  notre pays. C’est pourquoi, après  son adoption,  « ONE Campaign » a mis en place cinq (5) Commissions foncières villageoises (COFO) dans la commune rurale de Baya, cercle de Yanfolila, région de Sikasso et cinq autres dans le cercle de Kangaba, région de Koulikoro.

Mais depuis l’adoption de ladite loi, il n’y a pas encore eu un  décret d’application de la part du  gouvernement. C’est pourquoi, il est donc nécessaire d’offrir un cadre de dialogue et de plaidoyer avec toutes les parties prenantes, afin d’échanger sur les attentes et les mesures à prendre, afin de permettre une mise en œuvre efficace de cette  loi.

Rappelons que pour accélérer la mise en œuvre de cette loi, « ONE Campaign » a adopté une stratégie consistant a faire des  plaidoyers qui consistent à renforcer les capacités et soutenir les acteurs nationaux. Pour ce faire, « ONE Campaign » a organisé un certain nombre d’activités à l’attention  des acteurs de la société civile, afin que ceux-ci  puissent  faire de lobbying auprès du gouvernement.  De même, un Groupe de plaidoyer des Objectifs du développement durable (GPODD), constitué d’organisations paysannes, des droits humains, des organisations de jeunes et de femmes, structures de recherche, les médias et les organisations de développement a été mis en place. Le GPODD a pour but de faire le plaidoyer pour l’amélioration des conditions des femmes et jeunes ruraux à travers l’augmentation du budget alloué au monde rural.

Soulignons que « ONE Campaign » est une organisation internationale de campagne et de plaidoyer, soutenue par plus de 9 millions de personnes dans le monde, qui agissent pour en finir avec l’extrême pauvreté et les maladies évitables, particulièrement en Afrique.

L’ouverture des travaux de cette  journée a  été marquée par la présence de nombreuses personnalité dont Aziz Coulibaly de « ONE Campaign », l’ancien ministre Mahamane Baby de l’Ong « l’Afrique nourrie les africains » (ANA), Idrissa Diallo de la Loi d’orientation agricole (LOA), le président  de la Commission, développement rural de l’Assemblée nationale, Honorable Tangara etc.

Diakalia M Dembélé

 

22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook sur