Lettre ouverte au peuple frère et au gouvernement ami de la république du Niger portant sur une meilleure compréhension de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger

L’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger signé à Bamako les 15 mai et 20 juin 2015 est un Accord politique et juridique sous garantie internationale de 32 Pages , 20 Chapitres , 68 Articles et 03 Annexes touchant au devenir et à l’avenir d’un Mali uni, reconcilié avec lui même et avec les groupes ethnoculturels qui fondent la nation malienne dans sa diversité raciale , linguistique, religieuse et territoriale.

Soutenir durablement cet Accord de paix c’est œuvrer inclusivement pour la réconciliation nationale, la cohésion sociale , le vivre ensemble et le développement.

Ledit Accord de paix a pour socle la reconnaissance des diversités ethnoculturelles, géographiques et territoriales  à l’instar du Khaso , du Karta , du Beledougou , du Mandé, du Kenedougou , du Macina , du Seno , du Hayré , du Mema , du Gourma, du Dawna , du Faguibine , du Timetrine , du Tilemsi , du Tamasna , de l’Anchawadj , du Dendi, de l’Azawad, Azawa , Azawak ou Azawagh puis de l’Adagh  dont Kidal est la capitale administrative et politique.

KIDAL du moins l’Azawad revendiqué est un espace territorial qui a ses spécificités identitaires non solubles dans des analyses approximatives, hâtives et bâclées.

Les États du G5 Sahel font une fixation paranoïaque et exagérée sur KIDAL parce que c’est une ville et un territoire Imajaghan du moins Touareg d’abord , peuple pour certains idéologues racistes qui doit être exterminé comme les Tutsis au Rwanda au nom du Tout démographiquement majoritaire et du Tout sécuritaire.Dommage.

Le Niger à mon humble avis rencontre plus des problèmes d’insécurité liés aux attaques des Mouvements et groupes armés jihadistes ( Boko Haram, AQMI , MUJA0 et autres ) au niveau de ses frontières avec le Nigeria , le Tchad , la Libye , le Mali ( Régions de Menaka et de Gao) et du Burkina ( Zone du Liptako Gourma ).

La lutte implacable contre le terrorisme doit aussi être mené contre l’argent sale du narcotrafic qui pollue dans la corruption la gouvernance territoriale et démocratique de certains États africains.

L’Azawad pour certains et de certains hantera durablement la conscience ainsi que la mémoire politique collective des Dirigeants des États riverains du Sahel et du Sahara.

Obtenir et gagner la paix à Kidal c’est appliquer l’Accord de paix signé car Kidal de la colonisation française du Soudan devenu Mali à nos jours a une identité originale construite dans le sang de ses enfants et martyrs , dans les larmes de sa population et la solidarité de son désert .

Bamako, le 12 septembre  2019

Zeidan AG SIDALAMINE

Suivez-nous sur Facebook sur