Le Pr Bretaudeau sur les manifs contre la France: ‘‘c’est la conséquence de mauvais choix politiques…’’

C’est un secret de polichinelle, au Mali, des voix s’élèvent de plus en plus, pour réclamer le départ des forces extérieures. Comme en témoigne le meeting de l’Opposition de ce vendre 15 novembre 2019 au Monument de l’indépendant où des manifestants déchaînés n’ont pas hésité à brûler le drapeau de la France.

 

De même, une semaine avant, les deux manifestations qui ont lieu ce vendredi 8 novembre dans la capitale et à Kati avait un seul objectif : soutenir les FAMa et réclamer le retrait des forces partenaires.
Pour le Pr Alhousseini BRETAUDEAU, qui n’est plus à présenter au Mali, «les manifestations en cours sont la conséquence de mauvais choix politiques des autorités françaises et dont les conséquences pourraient être désastreuses pour tous». À ce propos, il a rappelé que l’ambassadeur Nicolas Normand avait pourtant attiré l’attention des dirigeants français sur leurs choix infondés.
S’agissant de l’objectif recherché par les manifestants, à savoir le départ des forces étrangères, notamment celles de la France, le Pr BRETAUDEAU, pense qu’il est difficile d’envisager cette éventualité à l’heure actuelle. «C’est un long débat. Certainement qu’à l’état actuel de nos Forces armées on est même très fragile surtout que le camp adverse semble bénéficier d’appuis surtout en renseignements de certains de ‘’nos alliés’’. Mais, il faudrait bien que l’on s’assume et que la gouvernance change à tous les niveaux. C’est ce qui est durable», a-t-il conseillé.
On se rappelle, dans un entretien qu’il nous avait accordé au lendemain du massacre d’Ogossagou qui avait fait plus de 100 morts au mois de mars 2019, le Pr BRETAUDEAU qui ne mâche pas ses mots avait pointé du doigt la responsabilité de l’ex-puissance coloniale dans la dégradation de la situation sécuritaire au Mali.
Dans sa réaction, en début du mois d’avril face au drame d’Ogossagou, le Professeur Alhousseïni BRETAUDEAU, enseignant-chercheur et ancien secrétaire Exécutif du Comité Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) avait indiqué que la communauté internationale a échoué, car depuis qu’elle est là, soi-disant pour la stabilité du Mali, notre pays se déstabilise de jour en jour, à cause de l’instrumentalisation des conflits intercommunautaires. «Depuis la crise de 2012 où le Mali a été mis sous tutelle, les services secrets de certaines puissances internationales, la France en tête, sont en train de travailler à diviser le Mali en dressant les ethnies les unes contre les autres», nous a confié M. BRETAUDEAU.
Cette analyse qui sonne comme un signe prémonitoire de la prise de conscience des populations maliennes face au complot dont est victime notre pays semble prendre de l’envergure dans l’opinion publique qui dénonce de plus en plus ‘’un double jeu’’ de la France.

Par Abdoulaye OUATTARA

Info-Matin

Suivez-nous sur Facebook sur