Le Directeur général de la police Moussa Ag Infahi, à Niono ” Dans la police de proximité, policiers et populations sont tenus de collaborer et d’avoir une relation franche et sincère… “

Quelques jours après les tristes évènements de Niono qui ont conduit à la mort du Commissaire Tounkara et d’un manifestant, le Directeur général de la police, Moussa Ag Infahi s’est rendu sur place  en compagnie des responsables de la gendarmerie et de la garde nationale pour tenir un discours rassembleur  entre policiers et populations.  Le premier responsable de la police malienne s’est dit convaincu que la police ne peut rien sans les populations.  »  Dans la police de proximité, policiers et populations sont tenus de collaborer et d’avoir une relation franche et sincère  » a-t-il dit.

 

Il a rassuré les populations de Niono sur le travail de sa police et l’inviter à collaborer davantage avec elle. Il les a aussi rassurées que des dispositions seront prises pour assurer davantage sa sécurité. Autant il a tenu ce discours de cohésion à l’endroit des populations, autant il l’a tenu entre les différentes forces de sécurité pour plus de collaboration.

Notons que l’incident dramatique de Niono ne doit pas nous faire perdre de vue les efforts déployés par notre police nationale même s’il reste entendu que beaucoup reste à faire pour rétablir un véritable climat de confiance avec les populations.

La police est engagée aujourd’hui sur plusieurs fronts surtout dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Une unité spéciale a même été créée du nom de la FORSAT dont l’ossature est composée en majorité de policiers. Cette unité mène des opérations antiterroristes à Bamako et dans les grandes villes du pays. La police malienne a fait ses preuves lors de grands évènements que le pays a organisés dont les sommets Afrique-France, du G5 Sahel. La police scientifique est une réalité dans notre pays.  » Les moyens techniques nous permettent d’apporter la preuve d’une infraction commise « précise un haut gradé de la police.

 » Avec les moyens techniques et scientifiques et la coopération internationale,  aucun criminel ne peut nous échapper.  Il ne peut y avoir de refuge pour les criminels au Mali « nous confie cet autre agent de la police.

Dans la police de proximité, plusieurs bandits de grand chemin ont été neutralisés. A titre d’illustration, du 28 au 29 janvier 2019 au plus  fort moment de la grande criminalité, 552 policiers avaient été mobilisés : près d’une centaine de malfrats ont été arrêtés,  61 PA améliorés,  33 fusils de chasse et une  importante quantité de  munitions ont été saisis dans les quartiers de  Torokorobougou, Bacodjicoroni. Ces descentes avaient permis de récupérer  dans certains domiciles de Bacodjicoroni  20 Canons, 06 fusils de chasse, 11 pistolets, 24 chargeurs et plusieurs matériels de fabrication d’armes artisanales.

Après Bamako et les capitales régionales, de nombreuses villes de l’intérieur sont dotées de commissariats, de police de frontière pour lutter contre la criminalité transfrontalière.

Mohamed HAÏDARA

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur