Le candidat à la présidence du bureau du CNJ, Mahamane Ibrahim, lors d’un point de presse ” Nous demandons aux hommes politiques de ne pas se mêler à la gestion du CNJ “

Pour apporter sa contribution à la bonne organisation du 6è congrès du Conseil National de la Jeunesse (CNJ), prévu les 27, 28 et 29 novembre 2019, le Vice-président, responsable chargé d’employabilité du bureau national du CNJ et candidat à la présidence du bureau National du CNJ, Mahamane Ibrahim, a animé un point de presse, le lundi 11 novembre à la Maison des jeunes de Bamako.

 

Le point de presse consistait également à dénoncer l’instrumentalisation du CNJ par les hommes politiques. Depuis un certain temps, plusieurs jeunes se sont manifestés sur les réseaux sociaux comme candidats du CNJ aux niveaux communal, régional et national. Alors que la plupart de ces jeunes ne répondent pas aux critères pour être candidats. Et beaucoup d’entre eux sont soutenus par les hommes politiques de notre pays.

Dans ses propos, le président du Mouvement des Chômeurs du Mali et candidat à la présidence du bureau national du CNJ, Mahamane Ibrahim, a rappelé que, pour éviter des problèmes entre les jeunes de la Commune V, tous les mouvements et associations de la Commune V ont porté leur choix sur le candidat Habib Dako pour la présidence du CNJ de la circonscription.

A ses dires, Habib Dako est le candidat le plus convaincant, le plus pertinent et il n’est  d’aucune obédience politique. Tandis que la plupart des candidats sont soutenus par les hommes politiques, ce qui est en porte-à-faux avec l’éthique  de ce mouvement de la jeunesse.

«  Nous déplorons dans ce processus l’implication de beaucoup d’hommes politiques qui soutiennent des jeunes. Ces derniers interviennent même des fois auprès du président national afin de faire élire un de leurs protégés. Nous leurs demandons de ne pas se mêler aux activités  du bureau de CNJ. Ce terrain n’est pas politique, le CNJ est apolitique. Nous invitons les hommes politiques à lire les statuts et le règlement du CNJ.  Ils comprendront qu’ils n’ont aucun rôle à jouer dans l’organisation de ladite structure« .

Dans son exposé, le futur candidat à la présidence du Bureau National du CNJ, Mahamane Ibrahim, a évoqué tous les maux auxquels ledit Conseil est confronté. Selon lui, c’est l’ingérence des hommes politiques dans les affaires du CNJ qui a contribué à entamer la crédibilité des élections à venir du Conseil. De nombreuses associations fictives de jeunes sont aussi soutenues par les hommes politiques.

Pour conclure, le candidat Mohamed Ibrahim,  a  tenu à  rassurer ses soutiens qu’il  répond à tous les critères  pour être candidat  au poste de président du Conseil  National des Jeunes.  Sa candidature est motivée par  son expérience au sein du CNJ et ses capacités à résoudre  les maux de la jeunesse.  » Nous pensons que tous les problèmes du Mali  sont liés  au manque d’emploi  de la jeunesse… « , a-t-il conclu.

Yaya KANITAO

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur