La prévention de la pandémie du coronavirus au mali : « Beaucoup se disent que le gouvernement a refusé de combler les doléances des enseignants… ça n’est pas la même chose… »

La prévention de la pandémie du coronavirus est une préoccupation des plus hautes autorités. Les finances publiques souffrent beaucoup, et l’on se pose la question, comment feraient-elles  face aux risques de contamination au Mali ? 

 

Cheik Amadou Tidiane THERA donne sa version.

Bien de Maliens, ont sans doute, été surpris de la décision du gouvernement de la République du Mali de débloquer 6,3 milliards de nos francs afin de prévenir la pandémie du coronavirus. Cheick Amadou Tidiane THERA, économiste a réagi sur le sujet : « Le Mali est au bord d’une crise financière. Les finances publiques ne se portent pas bien. Selon la loi des finances 2020, les recettes sont arrêtées à 2181,828 milliards FCFA et les dépenses à 2604,568 milliards FCFA soit un déficit global de 422,740 milliards FCFA contre 333,068 milliards FCFA dans le budget d’État rectifié de 2019. Dans le souci de combler ce déficit, le Mali s’est lancé sur le marché financier à la recherche de 667 milliards de francs CFA. Et ce montant sera mobilisé à travers 22 émissions de titres publics dont six en Bons du Trésor et 16 en obligations du Trésor. La répartition par instrument en valeur nominale est la suivante : 122 milliards de FCFA pour les bons du Trésor et 545 milliards de FCFA pour les obligations du Trésor. » 

M. THERA, conscient de la situation du pays, pense que les mesures préventives d’une pandémie sont tout à fait normales : « Le gouvernement, poursuit-il, peut, en cas d’urgence, prendre un décret dont l’objet est d’autoriser des dépenses qui n’avaient pas été prévues dans le budget initial. Ces avances sont par la suite régularisées par le parlement dans une loi de finances rectificative. » L’économiste n’a pas non plus omis le cas des personnels enseignants, il dira que : « Beaucoup se disent sûrement que le gouvernement a refusé de combler les doléances des enseignants et maintenant il se dit prêt à investir plus de 6 milliards dans la lutte contre le coronavirus. Attention, ce ne sont pas les mêmes choses. Tout le monde n’est pas enseignant, mais personne n’est à l’abri de cette pandémie, donc évitez l’amalgame. »

Moriba DIAWARA

LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur