Téléchargez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play

La marche contre le projet de révision constitutionnelle : Une grande synergie pour un NON catégorique

De milliers de manifestants étaient dans la rue ce samedi  17juin 2017 à l’appel de plusieurs  associations  et partis politiques, regroupés dans la plateforme ‘’AN TE A BANA’’, pour le droit et la démocratie  afin de montrer à l’opinion nationale et internationale, leur  opposition  à l’égard d’une révision non nécessaire à l’heure où l’ETAT doit faire face à des problèmes plus sérieux au Mali.

marche manifestation foule anti revision constitutionnelle jeunesse ante abana

Les manifestants  dans une parfaite illustration de force compacte  disent en avoir marre avec   cet acte du régime  qui vient s’ajouter  à la situation déjà saturée de problèmes. Tous ceux qui étaient présents  à l’occasion  démontrent une rupture entre sa majesté BOURAMA KEITA et son électorat de 2013. Sur les affiches on ne pouvait lire que « ne touche pas à ma constitution », « on veut pas »,  « non », « carton ROUGE » et des slogans  traitants le régime de tout genre comme « IBK, Zéro ». L’opposition semble avoir réussi un grand coup avec cette rare occasion où elle est en synergie avec  la société civile pour  une même cause ,celle  de se réunir  pour non seulement  montrer  leur désaccord  à l’encontre du projet de révision mais aussi d’user de tous les moyens possibles  pour un retrait pure et simple du dit projet. Les quelques élus (35) ayant  voté contre le projet de révision étaient considérés comme  seuls représentants de la société à l’assemblée nationale. De la place de la liberté  au boulevard de la bourse du travail, les manifestants en grande majorité étaient munis d’un carton rouge pour dire au régime qu’il n’était plus permis de continuer l’aventure.

Si cette première mobilisation s’est faite sans incidents majeurs, les organisateurs  mettent l’état en garde  des blocages survenus  aux abords des ponts en vue d’empêcher  les populations de la rive droite d’accéder au lieu de la  manifestation. Après les allocutions des leaders et organisateurs, le rendez-vous est donné pour le 1erjuillet  si rien n’est fait par l’Etat pour retirer le projet engagé.

       ISSA DJIGUIBA

Le Pays

Suivez-nous sur Facebook sur