Contre la corruption et la délinquance financière : Le MVPM s’engage !

Dans le cadre de l’accompagnement des juridictions maliennes dans leur combat contre la corruption et la délinquance financière, les jeunes se sont retrouvés au sein d’un regroupement dénommé » Mouvement des Volontaires pour le Mali ». Ce Mouvement a organisé, jeudi 21 novembre , à la Faculté de Droit Privé de Bamako, une conférence, d’information et de sensibilisation à l’intention des hommes de médias par rapport au traitement des dossiers pendants devant les juridictions. La rencontre a été animée par le Dr Aly Kola Koïta, sur le thème : « Le présumé innocent face aux médias ». C’était en présence du représentant du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Mohamed Dramane Traoré chargé de mission, du Doyen de ladite Faculté, Pr Kissima Gakou.

 

Le président du MVPM Yacouba Dolo dira que , cette volonté implacable de la justice malienne à lutter contre la corruption et la délinquance financière a été saluée et appuyée par des initiatives individuelles, groupusculaires et même Institutionnelles comme en témoigne le Discours du Président de la République, Chef Suprême de la Magistrature, lors de la rentrée des Cours et tribunaux 2019-2020 avec comme thème plus qu’évocateur «le rôle de la Cour suprême en matière de lutte contre les infractions financières et budgétaires » qui selon lui , participe de la sauvegarde des ressources publiques, à travers un contrôle de la fiabilité et de la sincérité des finances publiques. A cette même occasion. Il a martelé ceci: «Dura lex, sed lex» : dure est la loi, mais c’est la loi.

Pour le président du MVPM, cette présomption d’innocence est un principe fondamental de notre système judicaire, opposable tant au juge qu’au journaliste ainsi qu’au citoyen lambda, bref à tout le monde. (Article 9 de la Constitution du Mali: «Tout prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie par la juridiction compétente ») .La recherche de la vérité et la dire est le devoir des Médias. Ceux-ci ne doivent, en aucun cas, porter atteinte à la dignité de la personne humaine car celle-ci est sacrée (Article 1 de notre loi fondamentale). Par contre, nous constatons amèrement que de plus en plus, que certains médias s’emparent souvent des affaires déjà en cours ou à venir a-t-il évoqué.

Dr Aly Kola Koita Enseignant Chercheur à la FDPRI de Bamako dira que la chercher de la vérité aux deux corps, il s’agit du juge et du journaliste de chercher la vérité et de dire la vérité, devoir commun des magistrats et des journalistes. Ils ne doivent pas porter atteinte à la dignité de la personne humaine.

Pour lui, la présomption d’innocence est le principe selon lequel toute personne, qui se voit reprocher une infraction, est réputée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement démontrée. Cette présomption d’innocence est mal conçue au Mali , par exemple une personne accusée d’un vol ,avant même l’amené aux commissariats on le frappe ou de faire torturer .Donc ,il faut que les hommes de Médias aient la prudence à la diffusion de leur information, car chaque information sur une personne peut atteindre la dignité de la personne voir même de l’incarcération .Il explique qu’ Europe un Magistrat s’est suicidé à cause des fausses informations sur sa personne ,au lendemain sa femme explique que à cause de la médiatisation que son mari s’est rendu l’âme ,si non qu’il n’allait pas faire une telle chose. Le Dr invite à l’ensemble de la presse malienne, à la prudence, et la vérification de l’information avant la diffusion car à défaut de fausse information la personne peut déposer de plainte pour diffamation, soyons vigilants.

Napo Bocar stagiaire

SourceLa Lettre du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur