Affaire Bakary Togola: ceux qui accusent, ceux qui défendent

Premier gros poisson d’un début de véritable croisade contre la corruption ou première victoire règlement de compte au sein du monde émergent de l’agro-business malien ?
Pour ces détracteurs, Bakary TOGOLA est tombé dans le piège de propre sa boulimie et de son sentiment personnel d’impunité. Pour ceux qui sont enclins à le défendre, l’affaire est présentée plutôt comme une piteuse mascarade pour faire croire à une volonté de lutter contre la corruption et le Bakary TOGOLA n’en est que le bouc émissaire qui a été sacrifié sur l’autel de la fuite en avant du régime.

Les faits…
Ils se passent entre avril et juin 2019. A en croire les informations largement relayées par les confrères et sur les réseaux, le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali, Bakary TOGOLA se serait rendu coupable de détournement de deniers publics au moyen de faux en écriture, faux usage de faux… par imitation des paraphes du PDG de la CMDT et du Directeur de l’Approvisionnement. Il aurait ainsi détourné plusieurs milliards au préjudice de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton du Mali en abrégé C-SCPC. Dans un entretien qu’il a accordé à notre confrère 22 septembre, il y a quelques semaines, Bakary TOGOLA indexe son principal accusateur : Fadiala COULIBALY responsable administratif et financier du Programme d’appui à l’amélioration de la gouvernance de la filière coton (PASE II). Parce que simplement, il a été mis fin à son contrat, conformément à la procédure en la matière, explique-t-il.
Que pense-t-il de ces accusations ?
Concernant l’accusation d’imitation de signature du PDG de la CMDT, Bakary TOGOLA estime que c’est simplement grotesque, cruel et couard.
«Je ne suis pas à ce niveau, qu’on se respecte… Moi, je ne suis ni coordinateur du projet ni comptable, encore moins responsable administratif et financier. En ma qualité de président de l’APCAM, je ne connais ni les fournisseurs ni les prestataires de services de ce projet. Je suis simplement cosignataire en tant que bénéficiaire. S’il y a mauvaise gestion ou détournement, il faudrait le voir à d’autres niveaux. Moi, j’en suis alors une victime. Je n’accepterai plus d’attaque personnelle à mon endroit ».
Mais voilà, lors de la conférence de presse animée ce samedi par le Procureur en charge du Pôle économique et financier, point de trace de Fadiala COULIBALY, ni même d’indice de plainte de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton du Mali (C-SCPC) qui a été plumée de plusieurs milliards encore moins du PDG de la CMDT, Baba BERTHE dont la signature aurait servi à Bakari TOGOLA de commettre le crime. La seule chose qu’on retient du le Procureur c’est, outre le montant reproché, que Bakary TOGOLA a été arrêté sur dénonciation anonyme.
Voici quelques réactions sélectionnées pour vous suite à cette affaire :
Sambou Sissoko
Bakary Togola-Gate : rien que de la diversion !
Comme le disait Roosevelt, le 32e président américain, «en politique, rien n’arrive par accident. Si quelque chose se produit, vous pouvez parier que cela a été planifié de cette façon.»
Lorsque le très influent Chérif de Nioro, Bouyé HAIDARA, par l’intermédiaire de l’Imam DICKO, a dénoncé la mauvaise gouvernance du mandat du Président Ibrahim Boubacar KEITA, à la faveur du meeting de lancement de la CMAS, il fallait s’attendre à une réaction de la part de celui-ci. Connaissant bien la mentalité des Maliens, au lieu de s’en prendre à un grand commerçant, à un député milliardaire, ou un fonctionnaire milliardaire, c’est le paysan Bakary TOGOLA qui a été sacrifié pour protéger le «clan mafieux».
Croyez-moi, la justice ne fera pas son travail, car le premier magistrat de ce pays c’est le Président de la République. IBK veut juste nous divertir encore pour sauver sa tête et sauver la tête de ses «proches». Une justice sélective ne fera qu’aggraver la situation dans ce pays.
Certes Bakary TOGOLA doit répondre de ses actes devant la justice, mais nous voulons que les magistrats du Pôle économique nous disent également
1- comment ont été utilisés les 1 230 milliards de la loi de programmation militaire ?
2- comment les compagnies minières qui opèrent au Mali sont gérées (impôts, taxes…) par l’État malien ?
3- comment les cotisations des travailleurs au niveau de l’INPS et de la CANAM sont gérées ?
4- comment l’argent des péages et autres taxes sur les infrastructures routières est utilisé ?
5- comment les bâtiments publics et les entreprises publiques ont été bradés ?
6- aidez-moi à compléter la liste…

Bassidiki Touré : le réveil brutal d’une justice dormante !
Bakari TOGOLA, un grand soutien du Président IBK vient de franchir la porte principale de la Maison Centrale d’Arrêt. Une liste de certaines personnalités remise à la Police des frontières.

Kassim Traoré : la lutte contre la corruption n’est pas le combat d’un jour
Aujourd’hui on applaudit le Procureur Mamoudou Kassogué. Certains avaient applaudi Soumana Sacko, récemment Dra de EDM. Des exemples ne manquent pas. Pensons aussi à changer notre propre comportement, car tous ceux qu’on appelle des corrompus ne l’ont pas été d’eux-mêmes. Ils ont été encouragés par le système et nous faisons tous partie du système. Partout il y a corrompu, il y a corrupteur. Il est bien beau de soutenir ceux qui mènent ce combat, car bientôt Kassogué sera confronté à de dures épreuves politiques et des réalités sociales maliennes. Bakary Togola a cité des noms, il a donné des détails en faisant des révélations. Il a accepté d’aller en prison, en se disant d’autres vont le suivre. En plus de cette affaire bientôt l’affaire des avions floués ou cloués. Des personnes et des figures emblématiques de la scène politique seraient dans le viseur de Kassogué sans assise populaire et politique. Ce ne sont pas des maigres applaudissements qui peuvent soutenir Mamoudou Kassogué. Encore une fois, tout le combat contre la corruption est un combat de titan.
Apprenti Informateur

Abdoulaye Niang : IBK vient de démontrer qu’il ne protège personne
Par cette scabreuse affaire Bakary Togola, IBK vient de démontrer qu’il ne protège personne contre la justice, contrairement à ce que certains comme Prouty ont laissé croire. Si IBK devait protéger un proche, c’était bien Bakary Togola qui a été pour lui, à l’origine de sa victoire au second tour de l’élection présidentielle…
Maintenant que la justice nous démontre sa détermination et son engagement à nettoyer les écuries d’Augias, nous sommes rassurés que nos alertes ne tomberont pas dans le désert… C’est l’heure des grands déballages, pas de la délation ou de la calomnie. Nous exposerons avec preuve des sales dossiers relatifs à certaines structures comme N-SUKALA, MARCHÉS RELATIFS AUX TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA ROUTE DE GOMA COURA, L’AFFAIRE DES BABIOLES (SCANNERS) LIVRÉS AUX HÔPITAUX par CISSÉ TECHNOLOGIE, LE DETOURNEMENT DES PRIMES DES SOLDATS EN OPÉRATION ( AFFAIRE KIDAL)…

Seydou Oumar Traoré : Drôle de façon de mener une lutte contre la corruption et la délinquance financière…
…Par le Ministre CDR Malick Coulibaly et ses procureurs du Pôle économique !
L’arrestation de Bakary Togola serait un bon signal si toutefois, le Procureur du Pôle économique qui prépare un show médiatique aujourd’hui avait commencé par le commencement. Mahamadou Kassogué et Malick Coulibaly savent pertinemment que les premiers scandales sous le régime IBK ne commencent pas par les faits de Bakary Togola que je ne soutiens nullement non plus. Mais, soyons justes et sincères. Regardons un peu.
1. L’achat de l’avion présidentiel est un gros scandale que le Ministre Samaritain Malick et ses subordonnés de procureurs ont superbement sauté, alors que l’avion n’a même pas de prix fixe. 17 milliards, 20 milliards, 21 milliards sont les prix d’achat d’un seul et même avion que les spécialistes évaluent à 7 milliards maximum le prix réel. Cela n’intéresse pas Mahamadou Kassogué, même si là aussi c’est l’argent public, les impôts des pauvres citoyens qui sont volatilisés. Pourtant les coupables sont connus, car le FMI les avait épinglés et poussés à la sortie du gouvernement.
2. Le scandale de la surfacturation des équipements de l’armée en 2015 a fait couler beaucoup d’encre et de salives et des noms sont cités, des opérateurs aux décideurs. Plusieurs dizaines de milliards de FCFA ont été aussi volés avec des chaussettes qui seraient facturées à 40.000 FCFA l’unité et des armements défectueux et surfacturés. Là ici le procureur a superbement ignoré cette étape.
4. Le dossier du PMU-Mali où plusieurs dizaines de milliards de francs CFA ont été tirés de la caisse au bénéfice d’un clan familial. Les dossiers existent et de l’ancien DG Haidara qui a fui en France. Aujourd’hui il y’a de gros milliards du CONTRIBUABLE à recouvrer.
5. Le scandale des détournements et des marchés fictifs à EDM SA est aussi un gros vieux scandale qui devait intéresser le procureur, mais rien.
6. Le dossier des engrais de 2015 qui épingle des dignitaires du RPM et des cadres du Ministère de l’Agriculture et de la DNA.
7. La scabreuse affaire de marché gré à gré de l’Office du Niger à un avocat de l’appareil du pouvoir qui a coûté des centaines de millions.
8. Les détournements à ciel ouvert à l’Assemblée nationale et les différentes missions et sorties de gros sous sans justifications.
9. L’achat des Hélicoptères super Tucano par Tieman Hubert Coulibaly Ministre de la Défense et Dr Boubou Cissé Ministre des Finances et de l’Économie. Sur 6 hélicoptères financés, seulement 4 sont livrés sans équipements de visées. Tout est fait sur fond de tripatouillage et de jeux d’intérêts sur les montants.
10. La récente révélation sur les 2 hélicoptères PUMA commandés chez Airbus, mais cloués au sol selon les annonces du Président de la République lui-même.
La liste est longue.
Tout cela est antérieur à la gestion des ristournes de l’UN-SPC par Bakary Togola.
Alors, si Malick Coulibaly et Kadiogue veulent vraiment donner l’impression de transparence, ils peuvent faire du sérieux en remontant un peu, au lieu de bondir sur les récentes affaires.
C’est déjà bien de commencer ; mais il faut commencer par le commencement. De nouvelles prisons sont en construction et il faut mettre tous ces gros voleurs de la République, sans distinction aucune, au gnouf. Il n’y pas de bons mauvais voleurs.
C’EST SEULEMENT QUAND LE PROCUREUR ARRIVERA A CELA QU’IL AURA TOUT LE SOUTIEN DU PEUPLE, LE VÉRITABLE PEUPLE.
J’ai signé
Mariam Koné : Ils l’ont utilisé, manipulé et ils décident de se débarrasser de lui
J’avais décidé de ne pas me prononcer sur cette affaire dite de Bakary Togola. Mais bon…. le Sang m’oblige à réagir face à cet acharnement contre lui. Venu de son Koumantou natal, ce paysan se trouve actuellement dans le gouffre de la politique. Oui, un paysan ne saurait faire de la politique. Ils l’ont utilisé, manipulé et ils décident de se débarrasser de lui. Ne lui en voulez pas pour ses agissements et ses révélations. Il n’est pas habitué à cette grande trahison. Ces agissements et révélations témoignent l’indignation d’un homme trahi par ceux-là mêmes qui lui ont promis protection et impunité. Pourtant, on l’avait prévenu de faire de la politique. Et voilà….. Le cas de Sanogo est encore une preuve que ces hommes politiques de cette ère sont des ingrats de la pire espèce.
En ce qui nous concerne, les hommes de média ressortissants de Koumantou, nous devons aider notre frère à sortir de là…. Je reconnais qu’il a tort … Mais on le dit, la main enflée se pose toujours sur le cou de son propriétaire…….
Je suis à l’aise de me montrer comme une sœurette de ce monsieur, car, je ne suis pas du lot des journalistes à qui il a donné des millions… Il est dans le pétrin aujourd’hui, nous, ses parents, devons être là pour lui. Après ce problème, il saura faire la différence entre les vrais sympathisants et les opportunistes.
Ramie Tembely : On doit laisser la justice faire son travail
Rarement je me prononce sur ces sujets. Mais, cette fois-ci, je pense qu’on doit laisser la justice faire son travail. Jusqu’à présent, il détient la présomption d’innocence. Une seule personne ne peut pas abuser des ressources financières d’une organisation. On ne doit pas faire de parti pris. Ils sont des milliers à bouffer des milliards sans être inquiétés. Maintenant la justice doit obliger ces gens à payer jusqu’au dernier centime. Ils ont tellement sucé le sang de notre Mali qu’il a besoin de perfusion. Ayons pitié du Mali. Ne bola koumana.
Toguna Sangala :
Faisons confiance en la justice !
Les attaques fusent déjà à l’encontre de la justice. On charge, on dégaine et on tire dans tous les sens. Enfin, il faut savoir ce qu’on veut dans ce pays. S’il est vrai que des ressources publiques ont été détournées de leur objectif, l’État doit se donner les moyens juridiques et judiciaires de les recouvrer.
Mamadou Kassogué a une longue carrière de magistrat intègre. En tant que procureur, il représente le ministère public donc l’intérêt du peuple, du gouvernement y compris du ministre de la Justice (ancien magistrat et avocat réputé) et surtout du premier magistrat, le président de la République, président du conseil supérieur de la magistrature. Il n’y a qu’un peuple malien et une seule justice malienne, pas deux.
Il ne revient pas au procureur d’instruire ou de juger un dossier. Quelle que soit l’issue de cette affaire, le peuple doit soutenir sa Justice. Elle est la garante de notre vie en société et de notre démocratie.

Dr Aboubakrine Amadou Maiga : mon soutien à Bakary Togola
Si ce procureur interpellait d’autres personnes sans discrimination, je lui accorderais du crédit. En entendant, mon soutien total à BAKARY TOGOLA, coupable ou non, il a beaucoup apporté au Mali en termes d’emplois, de l’agriculture et la formation des producteurs.

Hamadoun Cisse : il y a tellement de Bakary TOGOLA
Bakary Togola n’est-il pas le maillon faible, la partie malade du fruit par où le ver est passé ? Il y a tellement de Bakary Togola au Mali. Espérons que ça continue pour le bonheur des Maliens.

Moussa Dicko : le Procureur est parti trop vite
Je ne suis pas avec Bakary TOGOLA, mais ma conviction est que sur ce coup le procureur est parti trop vite. Il parle de chiffres qui ne figurent pas dans la comptabilité. C’est vrai, ça entache fortement la sincérité des comptes, mais peuvent ne pas être une fraude. Aussi, Bakary n’est ni comptable ni commissaire aux comptes ; il peut ne même pas être au courant que sa comptabilité n’est pas fiable. Il a une responsabilité morale, mais pas juridique à ce stade.

Source: info-matin.

Suivez-nous sur Facebook sur