Journée internationale des casques bleus : Soumeylou Boubèye MAIGA et Antonio Guterres rendent hommage aux soldats de la paix

Le Premier ministre SoumeylouBoubèye MAIGA et le Secrétaire général del’Organisation des Nations unies (ONU), M. Antonio Guterres,ont co-présidé le 29 juillet à la base de la MINUSMA à Sénou, le 70ème anniversaire des opérations de maintien de la paix (OMP) de l’ONU dans le monde. Cette date consacre en même temps la journée internationale des casques bleus.

Après le dépôt d’une gerbe de fleur devant la stèle érigée en mémoire des soldats de l’ONU tués au Mali depuis le 1er juillet 2013, date de déploiement de la MINUSMA dans notre pays, le Premier ministre a délivré un discours duquel il ressort trois idées forces :

Engagement constant du Mali pour la paix : Notre pays, connu pour son engagement en faveur du multilatéralisme, fut et continue d’être un fervent acteur dans la prévention et la gestion des conflits, en particulier dans le cadre des opérations de maintien de la paix des Nations unies : De 1960 à nos jours, les soldats et policiers maliens ont servi sous la bannière de l’ONU sur  plusieurs théâtres d’opération tels que le Congo puis la RDC, la Sierra Leone, le Liberia, le Burundi, le Darfour, le Soudan du Sud, la République centrafricaine et Haïti.

Hommage à la MINUSMA : Le Mali est reconnaissant aux Nations unies pour son engagement et sa solidarité. Le Premier ministre a rendu un vibrant hommage aux 172 membres des personnels de l’ONU tombés sur le champ d’honneur, et aux 536 blessés. SoumeylouBoubèye MAIGA a associé à cet hommage les 22 soldats français de SERVAL et Barkhane  ayant trouvé la mort depuis 2013. Il s’est également incliné devant la mémoire des soldats maliens et des victimes civiles maliennes qui ont payé le plus lourd tribut aux attaques terroristes.

Fortes attentes du Mali : les attentes du Mali portent, selon les mots du Premier ministre, sur le renforcement de la coopération entre la MINUSMA et les FAMAs, à travers le soutien logistique et le partage de renseignement, un soutien plus accru au redéploiement de l’administration, l’appui à la fourniture des services sociaux de base aux populations, la sécurisation et le soutien logistique pour l’organisation de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

Nous vous proposons l’intégralité du discours prononcé par SoumeylouBoubèye MAIGA à la cérémonie du  70ème anniversaire des OMP dans le monde.

Monsieur  le Secrétaire général des Nations Unies;

 Monsieur le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali, Chef de la MINUSMA ;

 Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs des pays amis et Représentants d’Organisations internationales accréditées au Mali ;

 Mesdames et Messieurs en vos rangs et qualités respectifs.

Je voudrais, d’emblée, vous souhaiter, Monsieur le Secrétaire général, une chaleureuse bienvenue au Mali. J’associe, à ces mots de bienvenue, l’importante délégation qui vous accompagne dans notre pays. Je salue notamment la présence à vos côtés du Chef du Département des opérations de maintien de la paix, du Chef du Département de l’appui aux missions et de la Directrice exécutive de l’UNICEF.

Je tiens ensuite à saluer la décision que vous avez prise, Monsieur le Secrétaire général, de venir ici au Mali, pour célébrer ce jour 29 mai 2018, aux côtés du peuple malien et du personnel de la MINUSMA, le 70e anniversaire des opérations de maintien de la paix des Nations Unies dans le monde.

Comme vous le savez, le Mali reste engagé en faveur du multilatéralisme et notre peuple a toujours apporté sa contribution aux initiatives visant à la prévention et la résolution des conflits, y compris les opérations de maintien de la paix des Nations Unies ou de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il vous souviendra par exemple que les soldats maliens ont servi au Congo, en Sierra Léone, au Libéria, au Burundi, au Soudan du Sud, en République centrafricaine, au Darfour, à Haiti. Il nous est arrivé de payer le prix le plus fort au cours de ces opérations. Au moment où je vous parle, en dépit de notre situation nationale que vous connaissez, des militaires, gendarmes, policiers et personnel civil maliens continuent de servir dans les missions de paix des Nations Unies en République démocratique du Congo, en Haïti, en République centrafricaine, au Soudan du Sud… C’est vous dire l’attachement et l’engagement constants du Mali et de son peuple en faveur des principes et des idéaux de la Charte de notre Organisation commune, les Nations Unies.

 Monsieur le Secrétaire général ;

Mesdames, Messieurs ;

Le Mali, depuis janvier 2012, traverse une crise multidimensionnelle qui a nécessité le déploiement, à partir du 1er juillet 2013, de la MINUSMA, afin d’aider à rétablir son autorité sur l’ensemble de son territoire national, conformément à la résolution 2100 (2013) du 25 avril 2013 du Conseil de sécurité. Depuis, la MINUSMA travaille à honorer son mandat, malgré un contexte national très difficile, caractérisé par des attaques terroristes et autres formes de crime organisé.

 Ces activités terroristes ont malheureusement coûté à la MINUSMA, à la Force française Barkhane et aux forces maliennes des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants.

Au moment où nous célébrons le 70e anniversaire du maintien de la paix des Nations Unies, je voudrais ici rendre un hommage particulièrement appuyé aux 172 membres de personnel qui sont tombés sur le champ d’honneur dans notre pays. Je souhaite prompt rétablissement aux 536 blessés au cours de diverses opérations au Mali. A leur famille, je dirai que le peuple malien restera éternellement reconnaissant pour les sacrifices consentis par ces femmes et ces hommes des Nations Unies, qui font preuve de courage exceptionnel, de professionnalisme à toute épreuve et de sacrifice, souvent ultime, dans l’accomplissement de leur mission de paix et de stabilisation au Mali.

J’associe à ces hommages toutes les autres victimes de la crise malienne tombées ou blessées au Mali. J’ai une pensée particulière pour les 22 soldats français ayant trouvé la mort au Mali, depuis 2013. Je m’incline également devant la mémoire de nos propres soldats et des victimes civiles maliennes, car je sais que ce sont l’Armée et les populations civiles maliennes qui ont payé le plus lourd tribu des attaques terroristes sur notre territoire.

Monsieur le Secrétaire général,

En dépit de ce triste constat, nous avons de bonnes raisons d’apprécier le travail remarquable que la MINUSMA accomplit au quotidien pour créer la confiance entre les parties maliennes et pour protéger les populations civiles. Nous gardons encore à l’esprit l’appui multiforme de la MINUSMA dans le processus d’organisation des élections générales de 2013, les négociations, la signature et la mise en œuvre en cours de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, notamment dans l’installation des autorités intérimaires, l’organisation de la Conférence d’entente nationale et l’application du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) à Gao, Tombouctou et Kidal ; le processus de DDR et la Réforme du secteur de la sécurité, j’en  oublie volontiers.

Au demeurant, nos attentes restent fortes et portent principalement sur le renforcement de la coopération entre la MINUSMA et les Forces de défense et de sécurité du Mali, à travers notamment le soutien logistique et le partage de renseignements, un soutien plus accru au redéploiement de l’Administration, l’appui à la fourniture des services sociaux de base aux populations et, à très court terme, la sécurisation et le soutien logistique pour l’organisation réussie de l’élection présidentielle, du 29 juillet 2018.

C’est parce que le mandat confié à la MINUSMA est important que le Gouvernement continue de demander qu’elle soit dotée de moyens adéquats, afin qu’elle soit en mesure de réaliser pleinement sa mission au Mali. C’est à ce prix que la MINUSMA gagnera en efficacité et en crédibilité dans l’exécution de son mandat.

Pour notre part, je puis vous assurer, Monsieur le Secrétaire général, que le Gouvernement, sous l’autorité du Président de la République, n’épargnera aucun effort pour la mise en œuvre diligente et inclusive de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. C’est la première des quatre priorités du Gouvernement. Nous continuons donc de veiller à l’application en cours de l’Accord et celle-ci va s’intensifier après les élections.

Faut-il rappeler que les trois autres priorités assignées au Gouvernement portent sur :

l’endiguement de l’insécurité grandissante dans le centre du pays ;

  • la satisfaction de la demande sociale, par l’accélération de la mise en œuvre du Programme Présidentiel d’Urgences Sociales ;
  • l’organisation d’élections transparentes, crédibles et apaisées.

Monsieur le Secrétaire général,

 Je voudrais à présent aborder la dimension régionale, pour saluer votre engagement personnel en faveur du G5 Sahel et de ses initiatives de paix et de développement.  Votre dernier rapport, qui a été examiné, le 23 mai 2018, par le Conseil de sécurité, illustre encore votre détermination à soutenir la Force conjointe du Sahel, y compris à travers un mandat sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies et un financement prévisible et pérenne des Nations Unies. Je vous invite à préserver dans vos efforts pour opérationnaliser la Force conjointe du G5 Sahel.

 

Je termine comme j’ai commencé, en vous renouvelant mes souhaits de bienvenue et de bon séjour sur cette terre historique et séculaire du Mali. Je réitère également la confiance totale du Gouvernement en la MINUSMA, sous la direction très appréciée de mon frère et ami Mohammed Saleh ANNADIF, Représentant spécial du Secrétaire général.

 

Contributeur et bénéficiaire de la solidarité internationale qui a été mise en place depuis 2012, afin d’aider le Mali à sortir durablement cette crise complexe, le Gouvernement et le peuple du Mali adressent leurs vives et chaleureuses félicitations à tout le personnel des Nations Unies dans le monde, à l’occasion de la célébration du 70e anniversaire des Opérations de Maintien de la Paix.

 

Je vous remercie./.

La rédaction

Suivez-nous sur Facebook sur