Journée Internationale de la Femme Rurale Les femmes rurales l’actrices de la paix, pour la promotion de leurs droits et de la sécurité alimentaire

La Journée Internationale de la Femme Rurale est célébrée aujourd’hui, 15 octobre, à Sanankoroba, sous la présidence de la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr. Diakité Aïssata Kassa Traoré. Elle est couplée, comme chaque année,  à la Journée Mondiale de l’Alimentation, qui est célébrée le 16 octobre. L’objectif de cette célébration est de sensibiliser le monde entier aux souffrances des personnes ayant faim, d’assurer la sécurité alimentaire et un régime alimentaire nutritif à tous. D’où les thèmes de ce rendez-vous de Sanankoroba :  » La paix et la sécurité, socle de la production et de la transformation des produits locaux et gage d’une autonomisation des femmes rurales  » et « Agir pour l’avenir. Une Alimentation saine pour un monde sans faim ».

 

Avec la célébration de ces deux journées, Il s’agit de contribuer à l’amélioration de la production, de la productivité et de la transformation des produits locaux par les femmes rurales et à la promotion d’une alimentation saine dans un climat social et apaisé.

Depuis 1996, le Mali célèbre, chaque année, la Journée Internationale de la Femme Rurale (JIFR), à l’instar de la communauté internationale. Elle a été instituée pour être célébrée le 15 octobre.

Cette célébration permet de reconnaître le rôle et la contribution des femmes rurales dans la promotion du développement rural mais aussi de mettre l’accent sur le rôle clé joué par celles-ci dans la production, la transformation, la sécurité, la souveraineté alimentaire et nutritionnelle.

Le 15 octobre est donc l’occasion pour tous les acteurs de réfléchir sur les problématiques des femmes rurales.

Il s’agit également d’informer les femmes sur les opportunités de création d’emplois en milieu rural, d’échanger sur les contraintes rencontrées dans les domaines de la production, de la transformation, afin de prendre des mesures pour renforcer leur autonomisation et leur implication dans les actions de développement.

En effet, pour avoir plus d’impact dans la sensibilisation et les actions en faveur des femmes rurales et d’un monde sans faim à l’horizon 2030, le Mali célèbre conjointement depuis 2014 les deux (2) journées (JMA/JIFR) à la date du 15 ou du 16 octobre dans un lieu identifié par les différents acteurs impliqués, dont la Fédération Nationale des Femmes Rurales (FENAFER).

Pour ce faire, le Gouvernement, à travers les départements ministériels concernés (le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, le ministère de l’Agriculture, le ministère de l’Elevage et  de la Pêche), en collaboration avec le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable et les organisations de la Société civile (APCAM et FENAFER) travaillent étroitement avec leurs partenaires en vue de l’organisation des deux événements.

Au Mali, une large majorité des populations (74%, selon EMOP 2018-2019) vit en milieu rural et dépend de l’agriculture, de l’élevage, et de la pêche. Les femmes représentent 50,42% de la population totale, dont 78% vivent en milieu rural et participent à plus de 70% à la production alimentaire.

Par ailleurs, depuis 2012, le Mali est confronté à des crises répétitives (sécuritaire, socio-politique, institutionnelle et économique) affectant toutes les populations et particulièrement les femmes et les enfants vivant en milieu rural.

Ces crises, engendrant des conflits multiformes, ont touché la majeure partie des populations du Nord et du Centre du Mali avec des pertes de production, de moyens de production et d’infrastructures réduisant les procédés de subsistance et entrainant la résilience des populations.

A cet égard, l’implication des femmes rurales dans les processus de paix et de sécurité est devenue une nécessité capitale car toutes les actions de développement, en général, ne seront réalisables que dans un climat de paix et de stabilité.

Aussi, pour améliorer la condition de vie des femmes rurales, le gouvernement, avec l’appui des partenaires, a-t-il octroyé 15% des terres aménagées aux femmes, aux jeunes ruraux et aux groupes vulnérables, des lots d’équipements et d’intrants. Malgré ces efforts, des obstacles demeurent, en matière de moyens nécessaires pour accroitre la production, la productivité, la transformation, la labellisation des produits, entre autres. La journée prévoit des expositions des produits locaux faits par les femmes.

F.Mah Thiam KONE

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur