Intronisation du chef de village de Kersigané (yélimané-kayes) Un groupuscule de jeunes sème la panique Cinq personnes blessées et des motos détruites

Le dimanche 23 juin dernier, l’intronisation du chef de village de Kersigané, Abdoulaye Kébé, a donné lieu à des anicroches. Pour cause, les jeunes de « l’association Dagakané » ont empêché les invités d’accéder aux lieux. D’autres ont été contraints de regagner leurs localités sous les menaces des jeunes munis de fouets et de bâtons.

 

Selon les informations reçues dans nos locaux, deux personnes de ressource se disputent le fauteuil de la chefferie du village de Kersigané, situé dans la commune de Konsiga, cercle de Yelimané. Il s’agit d’Aboulaye Kébé et de Mahamadou Kébé dit« Tiécouta », tous les deux bénéficiant d’une bonne cote  auprès des populations. La même source révèle que l’actuel Gouverneur de la région de Kayes, Mahamadou Z. Sidibé, s’est impliqué en amenant les protagonistes à la raison afin qu’un consensus soit trouvé en faveur de la personne destinée à être le chef de village.

A cet effet, c’est le jour de l’installation du nouveau chef de village (dimanche 23 juin), Abdoulaye Kébé, que des jeunes ont fait irruption dans l’évènement, empêchant notamment les invités d’accéder au lieu de la cérémonie, à Kersigané. Arguant qu’un chef de village est déjà nommé en la personne de Mahamadou Kébé dit « Tiécouta ».

En dépit de ces intimidations et autres tentatives d’obstruction, la cérémonie d’intronisation d’Abdoulaye Kébé a eu lieu, en présence notamment du sous-préfet de Tambacara. Au cours de ladite cérémonie, les invités ont essuyé des jets de cailloux. Mais grâce à l’implication des forces de l’ordre sur place, le nouveau chef de village, Abdoulaye Kébé, a été installé dans ses fonctions.

Toujours selon M. Kébé, cinq personnes ont été grièvement blessées, des motos et des voitures de quelques invités ont très endommagées. A ses dires, ce sont les jeunes de « l’association Dagakané » de Kersigané, partisans du clan de Mahamadou Kébé dit « Tiékouta »,qui sont à l’origine de ces débordements malheureux.

Cependant, joint au téléphone, le président de la jeunesse de Kersigané à Bamako Aboubacar Siby, a souligné qu’il n’y a pas eu de violences. A l’entendre, les jeunes ont simplement demandé aux invités de rentrer chez eux. Car, ils ont déjà un chef de village (Mahamadou Kébé), installé selon leur tradition depuis le 22 janvier 2018. Aussi, il a poursuivi que l’intronisation de Abdoulaye Kébé relève d’une complicité entre des administrateurs civils de la localité.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur