Fronde des travailleurs à la COMATEX et SUKALA : ça chauffe à Ségou

L’Union régionale des travailleurs de Ségou (URT-S) a déposé le jeudi 17 septembre 2020, son mémoire sur la table du gouverneur de la région de Ségou, suite à la lettre Circulaire de ce dernier, l’invitant à la conciliation autour de son préavis de grève de 72 heures, prévue du mercredi 23 septembre 2020 au vendredi 25 septembre 2020 avec sit-in dans tous les lieux publics de la Région de Ségou.

Il ressort de ce mémoire, signé par Sidi Touré et André Moh, respectivement Secrétaire général adjoint et Secrétaire administratif du bureau de l’Union régionale des travailleurs de Ségou, que cette fronde, à la base du dépôt du préavis de grève, résulte d’un certain nombre de constats dont « la prolifération de la précarité de vie et du travail des Travailleuses et les Travailleurs du Mali et particulièrement de la région de Ségou, due à la cherté de la vie et l’augmentation des prix des denrées alimentaires de première nécessité. » Les syndicalistes citent aussi l’inaccessibilité à un logement décent du fait des bas salaires qui ne permettent pas d’assurer le paiement des mensualités locatives ; le manque de volonté notoire de certains chefs d’Entreprises de mettre en application les Procès-verbaux des différentes conciliations ; le manque de volonté de certaines Entreprises à accélérer le processus de relecture d’accord d’établissement ; les mauvaises conditions de Travail qui sont imposées quotidiennement aux Travailleurs et Travailleuses de la Région par manque d’équipements techniques, de protection et de sécurité »

Ainsi, précise ledit mémoire, l’Union régionale des travailleurs de Ségou « exige le redémarrage des activités d’usinage de la COMATEX-SA sans délai et le paiement du reliquat des salaires à l’ensemble des travailleurs ».

En effet, soutient-on, depuis le 1er Juillet 2020, sur simple avis, le Directeur général de la COMATEX-SA a ordonné l’arrêt du travail de l’ensemble du personnel en violation des dispositions réglementaires en la matière.

A l’issue des séances de travail, des 18 et 19 août, tenues dans la salle de conférence du gouvernorat de Ségou, en présence des représentants du ministère de l’Industrie et du commerce, des responsables de la Société et ceux des travailleurs, relatives à la réouverture de l’Usine, en accord avec toutes les parties, la Direction générale s’est engagée à redémarrer les activités d’usinage le 1er Septembre 2020, bénéficiant d’un crédit de 250 tonnes de coton à la CMDT sur la diligence du Bureau exécutif national de l’UNTM.

Et de manière unilatérale, le Directeur général de la COMATEX-SA a refusé catégoriquement d’obéir à la volonté collective, en faisant prévaloir d’autres conditionnalités qui ont pour noms : l’accompagnement du Gouvernement pour le redémarrage desdites activités d’usinage, le renouvellement de la convention de la COMATEX avec le Gouvernement ; l’obtention du coton auprès de la CMDT payable après reprise des activités au plus tard en Janvier 2021, le renouvellement de l’exonération sur les produits et pièces de rechange destinés au fonctionnement de la COMATEX-SA, le paiement de la décote sur le coton, et le remboursement des taxes sur les hydrocarbures.

Un autre point de doléances des travailleurs est relatif à la signature d’un nouvel accord d’établissement de SUKALA-SA. Cette revendication date depuis plusieurs années et a fait l’objet de plusieurs procès-verbaux de conciliations que la Direction générale de SUKALA-SA n’a pas respecté.

Pour rappel, suite à une grève déclenchée par la Section syndicale de SUKALA au mois de Décembre 2019, après médiation de l’ancien Gouverneur de Ségou et la diligence du Directeur Régional du Travail, le Directeur Général de SUKALA-SA s’est engagé en toute liberté à signer le nouvel accord au plus tard en avril 2020. Malheureusement, il n’a pas respecté ses engagements, et continue à jouer au dilatoire ce qui a créé un climat social très tendu au sein de l’entreprise.

En tout cas, l’Union régionale des travailleurs de Ségou tient toujours à la signature sans délai du nouvel accord pour l’apaisement du climat social dans la région.

Par ailleurs, l’Union régionale exige la mise en application sans délai par les Sociétés anonymes, les entreprises parapubliques implantées dans la Région de Ségou, des avantages salariaux obtenus par l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) de 2014 à 2019.

Par la même occasion, l’Union régionale des travailleurs de Ségou demande de respecter la liberté syndicale et les représentants des travailleurs dans tous les services étatiques et privés de la Région.

En fin, elle souhaite la réduction de taxes imposées sur les transporteurs par les Mairies. Ce point de doléances fait suite à la pandémie à Coronavirus qui a ralenti toutes les activités et les transporteurs de la Région de Ségou ne sont pas en reste.

« Nous souhaitons que les Mairies puissent accorder certaines faveurs aux transporteurs en occurrence réviser le prix des taxes imposables », précise le mémoire de l’URT-S, déposé sur la table du gouverneur.

En tout cas, l’Union régionale des travailleurs de Ségou rappelle que ses membres ne sauraient être des boucs émissaires pour endosser la mauvaise gestion de n’importe quelle entreprise.

 Sékou CAMARA

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook sur