Formation des journalistes par la CVJR : Le journalisme sensible au conflit, le protocole de participation des journalistes aux audiences publiques de la CVJR et la Mise à disposition des images/son aux journalistes au menu des échanges

Depuis le 12 novembre, la salle de conférence de l’école de maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye abrite l’atelier de renforcement des capacités des professionnels des médias sur la couverture des audiences publiques de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR). L’objectif est de former et outiller une trentaine des professionnels des médias sur les mécanismes de justice transitionnelle, le mandat et les audiences publiques, les techniques professionnelles de couverture médiatique des audiences publiques dans le respect des règles éthiques de la CVJR et sensibiliser les journalistes sur le rôle des médias dans le processus de réconciliation nationale à travers les audiences publiques.

Au programme du jour 2, les échanges entre journalistes et intervenants, formateurs du studio Tamani, de la CVJR et de la MINUSMA ont porté sur le journalisme sensible au conflit, le protocole de participation des journalistes aux audiences publiques de la CVJR et la Mise à disposition des images/son aux journalistes.

Dans le journalisme sensible au conflit, nous pouvons retenir que les journalistes, pour être efficaces, doivent éviter de laisser transparaître leur sensibilité politique. Aussi en période de crise, le journaliste est davantage qu’un informateur. Il est aussi un éducateur, un leader d’opinion, relai d’opinion et même parfois un médiateur. Il doit veiller à ne pas jeter de l’huile sur le feu, éviter d’insister sur ce qui contribue à réveiller les vieilles passions racistes, ethniques, religieuses ou politiques. En un mot, éviter tout élément susceptible d’envenimer la situation.

Pour le protocole de participation des journalistes aux audiences publiques de la CVJR, au cours de laquelle 6 audiences seront organisées dont 4 audiences thématiques couvrant 4 thèmes.  » Les atteintes au droit à la liberté (arrestations, détentions arbitraires, enlèvements, séquestrations, etc)  » est le thème de la première audience prévue au mois de décembre 2019 au CICB. On note également que pendant l’audience, tous les journalistes travailleront dans un espace spécialement aménagé, en veillant à ce qu’ils aient une vision directe et sans obstruction du déroulement de l’audience des témoins.

À la fin de la journée, le thème sur la Mise à disposition des images/son aux journalistes a été projecté sous forme d’un film pour plus de compréhension dans ces audiences.

Nia Dialla KEITA

Source: actuglobe

Suivez-nous sur Facebook sur