« Facebookan »: difficile passage de témoins entre tradition et modernité

Le mariage entre une jeune fille de 12 ans et un homme de 32 ans a fait le buzz sur le net. Du coup, le débat sur les conséquences du mariage précoce chez la petite fille a été mis au centre des débats sur Facebook. Votre Facebookan du jour !

Anti : « Sans tabous » !

Si on veut changer la coutume des mariages précoces, il faut bien commencer par un bout. Ce qui consisterait d’informer d’instruire, bref à introduire une éducation sexuelle à tous les niveaux à l’école ! Sans tabous ! Les Jeunes ont un DROIT de savoir les dangers des maladies sexuellement transmissibles (MST) pour ne citer qu’un exemple, vu que l’Afrique tout entière y est confrontée ! La génération montante en Afrique a le droit d’être informée des fléaux actuels, malheureusement, l’analphabétisme, l’illettrisme et l’ignorance ont toujours raison de nous qui acceptons toutes ces foutaises arabes sans raison, tout en foulant au pied nos propres valeurs, alors même que pour ces barbares, féodaux et esclavagistes Arabes nous ne sommes que des singes effectivement !

Sèkè : « Cela se faisait dans les temps anciens »

Depuis la nuit des temps et sous tous les cieux. Le mariage précoce ne doit pas signifier consommation immédiate du mariage. Malgré ce que font des gens égarés de nos jours. Cela se faisait dans le temps lorsque les normes étaient respectées, les caractères polis, les mœurs à l’abri de toutes perversions étrangères. Comme de nos jours. On fiançait même les nouveaux nés, des fillettes fiancées et mariés avant même la puberté, mais l’idée même de la toucher n’effleurait même pas les esprits à l’époque. Elle passait son enfance dans la belle-famille naturellement et puis sa puberté tranquillement et purement, car responsabilisée par les liens du mariage. C’est cela qu’il faut enseigner aux gens de nos jours. Car rien n’entamera la détermination de certaines communautés qui le font, car l’honneur et la dignité ont encore tout son sens dans certaines familles. Mais il faut les sensibiliser à le faire dans les normes d’hier afin qu’ils éduquent leurs enfants dans ce sens. Les enfants mariés ou fiancés depuis les bas âges étaient responsabilisés ainsi et vivaient sainement leur puberté.

Khadim : « Laissez les enfants ‘’faire la vie’’ »

Mais qu’est-ce qu’on entend aujourd’hui ? Laissez les enfants «faire la vie»…»ka vi kè» expression synonyme de débauche de nos jours… voilà ce qui effraie les gens qui marient précocement leurs enfants… ne leur lançons pas la pierre, aidons les à faire mieux… J’espère que tu ne l’as pas touché. Si oui à quoi sert de la rendre, car elle a perdu une partie d’elle précocement, dans le cas contraire, félicitation pour ton courage. Et tu peux la récupérer au moment opportun, elle reste toujours ta femme. Quelle connerie ! voler ainsi l’enfance des fillettes, condamnées à tomber enceintes et à enfanter alors qu’elles entrent juste dans l’adolescence. Écœurant.

Aminata KONE : « Elle a plus d’intérêt à aller à l’école »

Une fois mariée, une fille est considérée comme adulte et est prise en charge par son mari. Elle n’a donc plus d’intérêt à aller à l’école. Les tâches domestiques et l’éducation des enfants ne leur laissent de toutes les manières pas le temps. Pourtant, l’éducation des filles est le meilleur instrument de lutte contre la pauvreté. Une fille instruite met au monde moins d’enfants et, sensibilisée à l’importance de l’éducation, elle veille à ce que ses enfants aient une éducation de qualité et lutte ainsi à son tour contre le mariage précoce.

Perpétuation du statut inférieur des femmes et de la pauvreté – Les mariages précoces maintiennent les filles dans leur statut inférieur à l’homme et ne leur permettent pas de sortir de la pauvreté. Il s’agit d’une situation injuste et d’un énorme potentiel perdu pour le développement des communautés et des pays.

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook sur