BELLE PRISE DU 1er Arrondissement de police de Kati Le meurtrier d’Aïssata Titi Coulibaly arrêté

Le commissariat du 1er arrondissement de police de Kati vient, encore une fois, de s’illustrer de la plus belle des manières par l’arrestation du meurtrier de la dame qui a été tuée par son copain du nom de Moussa Sow. La scène s’est déroulée au quartier Médine de Kati.

 

En effet, le samedi 16 mars, le sieur Faguimba Traoré, enseignant de son état, a informé tôt le matin la police de ce qu’il venait de découvrir le corps d’une dame en face de son domicile non loin du lieu dit la mangueraie. Une équipe s’est aussitôt rendue sur place avec un médecin légiste aux fins de constatation. Ils découvriront le corps d’une dame allongée sur le dos, présentant une coulée de sang visible à partir des narines et de la bouche. Une moto de marque Djakarta était garée à côté du corps, ainsi qu’une pochette contenant une carte nationale d’Identité au nom d’Aïssata Titi Coulibaly, née le 19 septembre 1988 à San, domiciliée au quartier Médine de Kati. La victime sera identifiée par des riverains et des parents. Au cours du constat, le Commissaire divisionnaire Mahamadou Solo Diakité, en charge du 1er arrondissement, a été informé par une personne désirant garder l’anonymat, de ce que le copain de la victime, du nom de Moussa Sow, était présent et qu’il ne cessait de tourner autour du corps. L’informateur a aussi décrit comme étant « un individu violent et jaloux ».

Le Commissaire a immédiatement instruit à l’équipe d’interpeller le dénommé Moussa Sow. Il niera avoir un quelconque lien avec le meurtre. Il a déclaré que la victime était une simple amie à lui et rien de plus. Ce suspect a été conduit au commissariat, et le corps d’Aïssata a été transporté à la morgue de l’hôpital de Kati.

Une conclusion hâtive qui a laissé croire à un AVC n’a pas convaincu le commissaire qui a demandé un scanner. Le résultat a révélé une contusion au niveau du crâne de la victime, d’où le choc reçu. L’enquête a été confiée à la Brigade des Recherches conduite par le major de police Souleymane Z. Coulibaly dit Kankoun Solo.

Une équipe constituée par ce dernier  et l’Adjudant Boubacar Samaké s’est mise à la tâche. Elle a d’abord fouillé de fond en comble le téléphone du suspect sur lequel elle a constaté des appels et des images de la victime supprimés. Elle a en plus  effectué une enquête de voisinage qui lui a permis de savoir que la victime avait quitté son domicile le vendredi 15 mars vers 17 heures et a été réclamée audit domicile à plusieurs reprises par son copain. Les enquêteurs se sont renseignés sur le comportement et la mine du copain cette nuit. Furieux, selon certains témoins.

Convaincue du résultat du scanner et forte de l’enquête du voisinage et du contenu du téléphone, l’équipe d’enquête a soumis le suspect à un interrogatoire au cours duquel il a avoué le forfait. Il a déclaré avoir agi par jalousie en tirant la victime par ses tresses et en lui fauchant ses deux pieds. Ce qui entraina sa chute et sa tête a violemment cogné le sol. Il dit avoir ainsi agi car, à sa demande par rapport au lieu où la victime s’était rendue et qu’est-ce qu’elle y avait fait, elle n’a pas pu donner une explication précise et a été en plus très arrogante envers lui. Il a fait part de ses regrets aux enquêteurs et a demandé pardon à la victime qu’il aimait profondément selon lui.

Le suspect Moussa Sow a été déféré, le vendredi 22 mars et placé sous mandat.

Saïdou DIAKITE

Source: L’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur