BANCONI–LAYEBOUGOU : Qui a donc tué la fillette ?

Le  seul suspect arrêté nie  catégoriquement  les faits  mais, avec les éléments d’enquêtes rassemblés contre lui,  il a très  peu de chance de  s’en sortir   devant le  parquet qui  s’occupe désormais de son sort..

 

Le vendredi 14  juin au quartier Baconi- Layebougou en Commune I,  le  corps d’une  fillette âgée de  4  ans a été découvert  dans une chambre.  C’est  l’occupant de la chambre qui a d’ailleurs été en premier  à découvrir  l’horreur  et c’est  lui qui est également  le  seul suspect arrêté.

Agé de 46 ans, ce vendeur de médicaments traditionnels dans un marché  au quartier  Banconi, dit avoir découvert à 21 h le corps de la petite  fille dans sa chambre à son retour du marché. La même  fillette  était, depuis de  11 h, recherchée  par ses parents qui ne la retrouveront  que morte allongée sur le lit  du vieil homme.

La défunte petite fille  sur le lit était  toute nue, le caleçon au sol dans un angle de la  chambre.  Le médecin légiste appelé pour la  circonstance n’a pas fait mention d’un cas de viol, mais tout laisse à croire qu’elle a rendu l’âme dans des conditions très atroces : elle avait suffisamment déféqué sur le lit.

Le suspect de  46 ans arrêté, vit seul dans la chambre (dans une cour isolée  aussi)   depuis quelques années  quand son épouse l’a quitté  avec ses trois  enfants. Il nie les faits et se défend soutenant qu’il quitte son domicile depuis 6 h du matin pour le marché  et ne s’y retourne  que dans la nuit tombée. Alors comment la fillette s’est retrouvée dans sa chambre, il dit se poser la même question et ajoute que  la porte sa chambre est  sans serrure, donc impossible de la fermer à clé. Pourquoi n’a-t-il pas  réparé la porte de la chambre ?  Faute d’argent, répond-il.

Qui a donc tué la fillette ? Est-ce qu’elle a été  apportée déjà morte dans la chambre du vieil homme ?  Pas possible, beaucoup d’observateurs  parient que la petite  fille a trouvé la mort dans  une tentative d’abus  sexuel. Qui peut donc  avoir le courage de penser à faire de telle chose dans la chambre d’autrui, de surcroit un charlatan  vendeur de médicaments traditionnels ? Et si  c’était lui-même qui avait tué ? Mais comment,   étant donné qu’il quitte son domicile à 6 h du matin et n’y retourne qu’à  21 h.  Cet aspect a intéressé  les enquêteur du 6ème arrondissement de police qui se sont se rendus sur le lieu du commerce du suspect.

Au marché, les voisins commerçants du suspect ont témoigné la thèse selon laquelle il vient au marché dès 6 h du matin, mais ils ont tout de même ajouté que le vendeur de médicaments traditionnels à l’habitude de s’absenter  dans la journée pendant de longues heures. ‘‘Quant il part pour la prière de 14 h il ne revient que la nuit tombante pour arranger ses affaires’’, a-t-on dit  aux enquêteurs.

Ce jour vendredi 14 juin, le jour du crime, la prière n’est pas à 14 h, mais  13 h, et pour des mesures de précautions et pour besoin de préparation,  beaucoup de commerces sont fermés  avant 12 h.  C’est au même moment  entre 11 h et 12 h que les parents de la défunte fillette ont constaté sa disparition. Drôle de coïncidence non !

223infos.net  avec La Sirène

Suivez-nous sur Facebook sur