Bamako: Un membre influent d’une association de malfaiteurs mis hors d’état de nuire par le Commissariat du 7e arrondissement

Hier mercredi 05 février 2020 aux environs de 16h, le Commissaire Divisionnaire Alhousseni Ag SOULEYMANE en charge du commissariat de police du 7e arrondissement de Bamako et ses hommes ont mis aux arrêts M D, un membre influent d’une association de malfaiteurs et de vol de motos à mains armées dans la commune Vl du district de Bamako.

Dans l’optique de soulager la souffrance des habitants de la commune Vl du district de Bamako, tout en leurs assurant la sécurité et protection, l’imperturbable Commissaire Divisionnaire Alhousseni Ag SOULEYMANE et ses éléments sont à pied d’œuvre. C’est pourquoi, hier mercredi, suite à une plainte de vol de moto à mains armées de la part d’un trio composé de M D, Leba Et Abou, l’équipe de la Brigade de Recherche du 7e arrondissement a mis le grappin sur le nommé M D, qui reconnaît les faits après un interrogatoire.

Aussi, il déclare faire partir de cette association, qui écume la commune VI. Pour preuve, il déclare que, dans la nuit du 04 au 05 février 2020, vers 01 heure du matin, leur trio a braqué un gérant d’une air de lavage à Niamakoro pour le déposséder de son téléphone, celui de son ami, avant d’enlever la moto d’un client.

Cet engin de deux roues a été trouvé avec M D au moment de son interpellation. Outre, M. D déclare qu’après l’opération à Niamakoro, ils se sont rendus au quartier Banakabougou Terminus, et braqués deux couples, qui quittaient le discothèque « Witt life » pour les dépouiller de quatre téléphones ainsi qu’un sac à main contenant la somme de deux cents cinquante mille francs CFA (250.000f).

Une perquisition menée dans son domicile a permis aux éléments de la Brigade de recherche du 7e arrondissement de retrouver une seconde moto. Il faut reconnaître que cette association de malfaiteurs détenait deux armes à feu, dont l’une se trouve toujours entre les mains des nommés LEBA et ABOU. Ces deux malfrats sont activement recherchés avec la moto du premier plaignant.

Cellule de Communication de la Police Nationale

Suivez-nous sur Facebook sur