« Facebookan »: le gros mensonge de Seynab, la Kaysienne

A l’initiative de la jeunesse et des leaders de la diaspora, les jeunes de la région de Kayes et de Koulikoro ont organisé une grande journée d’action contre l’oubli, l’abandon, le mépris et les faux engagements des autorités en bloquant ce vendredi 23 août 2019 la RN3. Il n’y a pas eu de trafic toute la journée de ce vendredi 23 août 2019 de Kati à Kayes et de Kayes à Diboli. L’opportunité et les objectifs de la journée d’action ont suscité moins de débats que la tentative maladroite d’autojustification des autorités. Pour la quasi-totalité des Facebookeurs, les raisons avancées par Mme la ministre des Infrastructures et de l’Équipement sonnent faux. La colère des Facebookeurs est d’autant vive que dans son plaidoyer pro domo elle avance le chiffre sorti de nulle part de 350 milliards pour la reconstruction totale de cette route. TRAORE Seynab DIOP qui a lancé les travaux et avait assuré les députés que les fonds étaient disponibles pour la réhabilitation de cette route décrète désormais que « réhabilitation nécessite un coût financier dont le pays ne dispose pas aujourd’hui ». Le Facebookan de ce lundi 26 août est consacré à ce trou de mémoire ministériel qualifié de « gros mensonge de Seynab la Kaysienne ».

Bèzo Dit Adama Keita : C’est la communication qu’il fallait depuis longtemps. Notre gouvernement est victime de son manque de communication. Le gouvernement de la République du Mali ferait mieux de changer de stratégie de communication.

Aliou Cissé : Merci à la cellule de communication du ministère pour ces informations qui ne sont pas habituelles. Mais, il reste bien encore des réponses à apporter notamment pour les milliers de cris de cœur lancés depuis bientôt une décennie. Je veux justement parler de la portion Konna-Douentza-Gao (500km) reliant Gao à Bamako et pour laquelle les voyageurs sont obligés de traverser deux pays sur plus de 1000km.

Ousmane Dao : Ceux qui racontent que l’État n’a pas les moyens de réhabiliter l’axe Bko-Kayes ont certainement la mémoire courte.
Le ministre Traoré Zenebou n’a-t-il pas déclaré devant les honorables députés que les 70 milliards destinés à ces travaux sont disponibles ?
Arrêtez de défendre l’indéfendable pour vos intérêts sordides. Cette route refaite servira nous tous !
Aimons notre pays s’il vous plaît !

Moumine Sanogo : En 2013 les Maliens pouvaient voyager de Bamako à Gao. Aujourd’hui nous sommes obligés de passer par le Burkina Faso et le Niger. C’est ce régime même qui a dit l’année dernière sur l’ORPM que cette route Bamako- Kayes- Sénégal très importante sera réhabilitée. La même ministre est toujours en poste. Le mensonge a beau courir il finit par être rattrapé par la vérité. Vous devez juste rendre le tablier si vous n’êtes pas en mesure d’assurer le minimum pour les Maliens.

Cody Cyrius Banks : Du n’importe quoi. Le gouvernement n’est même pas convaincant. Toujours en train de bluffer la population pendant qu’ils détournent des milliards. Pfff pauvre Maliba….

Bakari Waigalo : Pitoyable discours, c’est vraiment pathétique. L’État n’a jamais les moyens, mais il y a toujours un moyen de détourner. Dieu ne dort pas, tout se paie.

Coulibaly Damis : On comprend maintenant l’expression< Anw ka Maliba be ka taagnan > n’est d’autre que : anw ka kéïtala bé ka taagnan.

Mohamed Boiré : Honte au mensonge. Réhabiliter une route de 160 km, il vous faut 350 milliards de francs. Nous sommes où ? Prenez contact avec ATT, il vous dira comment faire.

Bobo Diallo : Merci, mais nous exigeons des actes ; car le département ne pourra jamais nous convaincre quand on pense au pillage sans scrupule des fonds de l’Etat. Puisqu’il faut être sérieux, soyons donc sérieux. Les autorités actuelles ne se soucient nullement du bien-être du peuple malien, mais plutôt de sa propre famille. LE MALI APPARTIENT A TOUS LES MALIENS. Il n y a point à ronronner ; il faut admettre que IBK a trahi le peuple malien. RAMENEZ SEULEMENT LES MILLIARDS DÉTOURNÉS PUIS ENVOYÉS À L’EXTÉRIEUR.

Noumassa Bagayoko : Je pense que le ministre est déjà passé à l’Assemblée pour le même sujet et ce n’est pas tout à fait les mêmes propos. Il est temps qu’on soit sérieux dans ce pays. Arrêtez de nous prendre pour des ignorants franchement.

Soulby Traore : Ah ! Le Mali. L’année passée, le gouvernement a voté une somme de 52 milliards pour la route de Kati, Kolokani, Diéma, Kayes. Mais toujours la même chose.

Catiné Diarra : Des informations contradictoires…. Le ministère avait bel et bien donné l’information la fois passée que le financement est disponible, mais qu’il faut attendre la fin de la saison. Et l’épaisseur de la route sera cette fois-ci 35 cm pour une durée de vie de 30 ans .Je crois que cette publication est fausse.

Youssouf Djiri T. Doucoure : C’est de la foutaise de la part du gouvernement, vous devriez nous respecter en tant que citoyens honnêtes. Où sont passés les financements déjà acquis?
Et je vous préviens, n’oubliez surtout pas l’axe Djidjeni- Nara jusqu’à la frontière mauritanienne. Sinon, le Mali aura affaire avec nous les Narois. Vous saurez de quoi nous sommes capables!Ou bien dites-nous si Nara ne fait pas partie du Mali.

Bakary Keita : C’est le médecin après la mort, ce n’est pas maintenant qu’il fallait cette pub et les propos sont loin d’être convaincants. Vous avez crié partout un moment la route Kayes-Kéniéba (90km) pour berner l’opinion nationale et se faire un électorat.

Abdoulaye Ba: Cela veut dire que la réhabilitation de la route Bamako-Kayes n’est pas pour demain. Dieu vous voit.

Ousmane Coulibaly : En octobre 2018 le financement était acquis d’après la ministre et aujourd’hui un autre dire ! Où sont passés les financements des routes «Yirimandjo, Kati et autres ?

Abou Dokan Kone : Ce n’est pas le moment ni la réponse à donner, de donner de telles explications… Elles auraient dû venir avant les manifestations… 350 milliards ou des vies humaines, du matériel, les consommables, tout transit sur cette voie. Nous sommes un pays et non une société… Je ne comprends rien encore, la seule voie qui reste… Pauvre Mali

Dialiké MD Keita : Ce tronçon Kayes-Bamako n’a jamais été une priorité pour ce gouvernement.
Alors madame la ministre, vous avez failli à l’une de vos missions régaliennes ‘’le désenclavement ‘’.
Tamba Dembele : Parfaitement d’accord avec la qualité des nouvelles routes, mais je reste sur ma faim avec un tel discours. A ma connaissance, il n’y a aucune route en besoin de financement qui est plus vitale que cette route. Soyons des leaders qui anticipent les choses. Si réellement le département des infrastructures et de l’équipement se préoccupait de l’état de cette route, elle n’allait pas être dans cet état aussi dégradé aujourd’hui. Vraiment une déception.

Hama Gaoussou Maiga : Disons la vérité au moins. La route Kayes-Kénieba n’a même pas commencé ; c’est plutôt la route Kayes-Sadiola qui était en chantier d’une distance de 90 km. Les travaux sont arrêtés pour l’instant. Eh Maliens, pourquoi mentir !

Aldjouma Yalcouye : Mon problème est la concrétisation des actes de l’exécutif ! La bonne répartition des biens et services entre les communautés. Je suis contre la corruption, le népotisme, le détournement du denier public. Je vous ai répondu monsieur ?

Fousseyni Sacko : Un gouvernement qui se contredit. Où va le Mali ? Les routes citées qui sont en chantier sont arrêtées, faute de financement. Ce régime n’a pas de solution pour son peuple.

Nouhoum Traore : Quelle honte ? Du n’importe quoi, nous nous rappelons de vos dires en octobre dernier à propos de cette route. Un peu de dignité !

Aldjouma Yalcouye : Ces beaux discours, on en a assez. Nous voulons du concret. Combien de milliards ont été détournés dans ce pays sous ce régime ? Combien de fois le Vérificateur général a publié des rapports liés aux corruptions, mais hélas rien ! Donc, arrêtez de nous distraire avec vos discours sans issue.

Yacouba Diarra : Où va l’argent collecté au niveau des péages ? Tant que vous saurez que les responsabilités ne seront situées dans la gestion des fonds publics et la prise en compte de certaines priorités prioritaires, nous allons toujours assister à ces genres de situations. Comme solution nous allons empêcher la circulation sur cette route.
Thierno Amadou : Aucun de vos projets entrepris dans la région n’est arrivé à terme. Les travaux du 2e pont sont à l’arrêt, celui de l’axe Kayes-Sadiola est à l’abandon, etc.
Au fait, où sont les sommes collectées aux postes de péage ?

Boubacar Bah : N’importe quoi ! Un gouvernement incapable et cherche toujours des excuses. Si vous ne parvenez pas à trouver des solutions à nos problèmes de route qui existent partout au Mali, et même à Bamako, donc de grâce démissionnez.

Abdoulaye Niang : Il fallait nous épargner ces conneries supplémentaires. Où sont passés les résultats des impacts sociologiques et économiques de ces différents chantiers ? N’est-ce pas le même département qui avait officiellement annoncé le début des travaux sur le même axe? Vous prenez les Maliens pour des moutons de panurge? Qui peut vous croire après un si grossier mensonge ? Une seule chose pourra calmer les esprits. Que la ministre prenne son courage à deux mains, et démissionner immédiatement. Et on verra le reste !

Mohamed Kanta : Ce qui est encore plus grave dans cette situation c’est que nous ne sentons pas cette volonté réaliste de nos responsables à nous faire sortir de cette situation. Toutes les routes à l’intérieur du pays sont dégradées.

Mahi Sall : Même l’argent de péage permettait son entretien chaque 6 mois, mais hélas tout est détourné ici au Mali. C’est déplorable.

Nouhoum Goita N’importe quoi. Ce n’est pas le moment. Vous bouffez l’argent du contribuable et vous ne pouvez pas le mettre dans ses droits.

Dabo Dabo: Avec l’achat de l’avion de Boua, l’achat inutile des hélicoptères cloués au sol… Quand est-ce vous allez avoir pitié de ce pays. Vous savez bien que ce que vous dites ça ne tient pas.
Koné Daouda Sésostris : Le pays a toujours eu les moyens pour dilapider plus de 3 milliards aux partis politiques. Dire que le pays ne peut investir 350 milliards sur cet axe routier est comme insulter notre intelligence. Paradoxalement, le pays peut ériger des généraux en milliardaires.

Ablo Sogodogo : Au Mali on comprend facilement qu’il n y a pas de limite d’âge en matière de mensonge, des espèces de menteur. L’histoire vous rattrapera. Inch Allah !

Alhamoudou Toure : Madame de grâce. Vous aviez dit que Kati a poussé la porte déjà ouverte, car le financement est prêt, il y a 8 mois. Depuis lors, rien. N’importe quoi.

Mohamed Toure : Le même discours qu’en 2017 quand IBK voulait effectuer un voyage sur Kayes. Alla kama réparez nos routes. Celle de Gao-»Sevaré est aussi inexistante. Ce département doit disparaître

Adama Dabo : C’est des incantations, on est fatigué de vos histoires sordides. Trop c’est trop ,350 milliards c’est n’est rien comparé au montant dilapidé et divulgué par le Vérificateur. Pendant que le peuple souffre, vous faites la pluie et le beau temps. On est fatigué.

Makan Djigande : Il est bon de communiquer avec le peuple pour vous qui êtes censés rendre des comptes, pour vous qui avez l’obligation de bien servir, mais il est surtout bon d’anticiper des solutions aux problèmes auxquels les populations peuvent être confrontées. Cette anticipation des questions brûlantes doit être le fruit de votre intelligence et de vos compétences. Voilà ce que le peuple attend de ses dirigeants. Nous sommes le Mali.
Malicki Ouattara : Le pays ne dispose pas du financement ? Et où vont nos milliards ? A acheter des voitures, construire des maisons et faire du boucan partout! Vraiment j’ai même honte d’être Malien aujourd’hui. Le pays va de mal en pis. Nous, on veut juste le changement et positif, on ne vous demande rien d’autres chers Messieurs et Mesdames.

Aba Sissoko : Un pays entier qui n’arrive pas à faire face à une dépense de 350 milliards. A Kayes, nous avons des mines qui rapportent très gros, les douanes qui rapportent encore plus, sans compter les postes de péage et de pesage qui sont fonctionnels depuis combien de temps et maintenant. Vous dites qu’avec tout ça on ne peut pas faire face à 350 milliards de dépenses. Mon œil !
Sory Ibrahim Dembélé : Sanctionner les voleurs du denier public, récupérer des sous et faites bon usage de ce qui est au trésor, un soulagement viendra.

Fousseyni Sidibé : Il n’y a pas d’argent par ce qu’il y a la mauvaise gestion du pays, les vols et la gabegie financière.
Les impôts et taxes ne sont pas recouvrés, les sociétés minières font quoi? Leur apport dans le budget et d’ailleurs les contrats sont faits. Tant que la population n’a pas le sentiment que les dirigeants sont honnêtes et qu’ils font tous leur possible pour construire ce pays, vos messages seront sans effets. Craignez le jour où la population va se lever pour manifester violemment. Soyez justes et honnêtes, craignez Dieu et ayez pitié de la population.

Adama Samoura : IBK a fait une promesse à Kayes… Maintenant qu’il est réélu, il s’en fout
Pourquoi vous vous blanchissez avec ces chiffres inutiles… Combien de centaines de milliards de francs la DOUANE injecte dans le trésor ?

Aliou Dia : Votre Démission pure et simple allait un peu soulager la population qui souffre en empruntant cette Route, mais Hélas !

Mamadi Touré : Bon… Ce n’est pas une question de financement, c’est une question de priorité. Kayes a toujours été la dernière des priorités des gouvernements successifs au Mali bien que contribuant grandement au budget de l’État notamment à travers le secteur minier. Vous évoquez l’importance de cette route dans l’acheminement des marchandises à partir de port de Dakar. Et pourtant, non seulement on a laissé cette route se dégrader à ce point et maintenant on ne donne même pas une prévision pour sa réhabilitation. Que dire des accidents toujours plus nombreux avec le nombre de morts qu’ils causent.

Moh Dolking Cissé :
Yeah vous parlez d’un problème de financement han han, tandis que des milliards se perdent tout le temps après vérification du B.V.G. Arrêtez de vous moquer de la population en colère. Dans un pays sérieux, les choses se prévoient avec le temps pour convenir du besoin au bon moment avant qu’il soit tard. Eh ! J’allais oublier ça. Depuis combien de temps ces routes-là sont faites ? Vous n’avez jamais eu le courage de faire un calcul pour le vieillissement dans vos comptabilités d’amortissement. Encore on nous parle de croissance économique de 5% successive au Mali depuis presque 10ans, vous osez encore nous parler de l’incapacité de financement de l’État pour ce projet de 350 milliards qui n’est surtout pas trop.

Souleymane Sanogo
Combien de milliards sont détournés? Effort, effort, quel effort? Il faut lutter efficacement contre la corruption et vous allez voir ce pays impulsé. Rien ne va plus dans ce pays. De la santé, de l’éducation, des infrastructures en passant par la sécurité, rien ne va. Il n’y a aucun secteur où on peut dire Alhamdoulilah. Les gros porteurs qui parcourent ce tronçon apportent combien de milliards au trésor public pour ne pas être réparé? Chaque fois que le peuple réclame un de ses droits, on nous fait savoir qu’il n’y a pas d’argent, le pays est en guerre. Le pays est en guerre, mais cela n’a pas empêché le détournement du dernier public. Vraiment, ayez pitié de ce pays qui souffre. Le peuple du Mali ne mérite pas cela.
Kadialy Koité : Une belle façon de nous dire qu’ils se foutent de nous.
La première région énergétique et économique du pays :
-Pas une seule route, ni pour rallier la capitale ni entre les cercles de la région ;
-Nous miroiter le train pendant la campagne électorale, après rien comme pour nous dire : vous êtes des débiles mentaux ;
-Un aéroport, encore pour se foutre de nous, l’avion n’y atterrit que quand ils veulent venir se marrer de nous ;
-Kéniéba, la principale ville minière du pays, pas un seul centimètre de goudron ne traverse la ville ;
-Kita freinée dans son élan industriel des années 90, sous des prétextes fallacieux ;
-L’hôpital régional à l’arrêt, dans toute une ville de milliers d’habitants, comme une invitation à se laisser mourir tranquillement ;
-Pas un seul hectare d’aménagement agricole dans une région traversée par un fleuve.
Désormais le Mali a intérêt à écouter Kayes.

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook sur