ÉVALUATION DES MINISTRES PAR LE BAROMÈTRE : « J’ai été interpellé par des membres du gouvernement » dévoile Cheick Oumar Soumano

Figure connue de l’arène universitaire et patronale, Cheick Oumar Soumano est le coordinateur du Baromètre. Instrument de suivi déprécié par les ministres dans un contexte d’éventuel remaniement alors qu’il sert d’indicateur aux populations.


Ce sera lors d’un panel organisé au centre Kadiatou Thiam que Mr Soumano s’exprimera . Au menu des débats , la thématique autours de la citoyenneté précisément le lien entre gouvernants et gouvernés. Dans un contexte miné par les questions sécuritaires, la gouvernance est fustigée par les populations. C’est d’ailleurs ce qui a conduit Cheik Oumar à créer le Baromètre. L’idée est partie d’un constat très simple selon le conférencier : il remarqua que la plupart des citoyens critique le gouvernement sans rien proposer en retour.

Son équipe a donc créé cet outil en Avril 2019 qui propose une solution alternative à cette pratique ; le Baromètre  met en avant les actions pertinentes du gouvernement, mais aussi émet l’alerte sur la nécessité d’aller dans un sens comme souhaité par les populations selon le département concerné. C’est justement ce dernier point qui a conduit Soumano à révéler qu’il fut dans le collimateur de plusieurs ministres de l’équipe actuelle. Pourtant la mission du Baromètre est le suivi citoyen de la Politique Générale de l’Exécutif.

Pour Cheick Oumar Soumano , il faut promouvoir la méritocratie , chose qui justifie la création du Baromètre composé de plusieurs profils : Auditeurs , journalistes, étudiants , entrepreneurs, analystes certifiés des politiques publiques voire des économistes. Ainsi , les rapports hebdomadaires et mensuels publiés sur les performances de chaque membre du gouvernement provoquaient des empoignades. Certains ministres ont eu à le contacter pour afficher leur désaccord des conclusions du Baromètre.

 

Pourtant les critères d’évaluation selon Mr Soumano sont entre autre : le ressenti de la population envers les actions posées par le ministre, le nombre des réformes entreprises, les actions posées par les services rattachés relavant du ministère ainsi que la création d’emplois ou le maintien des emplois déjà créés ….

 

Avec un remaniement avorté du fait du décès des 13 militaires français , un regard sur le bilan du baromètre en 7 mois d’existence s’avère nécessaire. Ses publications peuvent servir d’indicateur pour se faire une idée des ministres qui pourraient se retrouver éjectés du gouvernement. D’ici l’arrivée du Secrétaire Général de la Présidence à l’ORTM pour annoncer la prochaine liste , l’heure est au bilan en cette fin d’année 2019 qui fut riche en rebondissements.

Idriss Keita Pour Malizine

Suivez-nous sur Facebook sur