ESCROQUERIE A LA BIM-SA

Le chef de l’agence Djélibougou, Abdoulaye Diarra ruine des clients

 

A travers plusieurs manœuvres frauduleuses, d’abus de confiance et d’usage du faux, le chef de l’agence de Djélibougou, Abdoulaye Diarra, a fait de plusieurs clients de la banque, ses victimes. Après lui avoir inspiré confiance, certains chefs d’entreprises ou opérateurs économiques, ont été  tout simplement poussés vers la faillite. Leur malheur a été tout simplement d’avoir fait confiance à un chef d’agence escroc. Qui demandait aux clients de la banque  leur chéquier, imite leurs signatures et fait endosser le chèque par les agents même de la banque.

Pour réussir cette bassesse, le chef d’agence de Djelibougou rassurait les clients victimes, de verser d’importantes sommes d’argent dans leur compte et qu’il allait par la suite retirer. Dans cette salle affaire qui porte atteinte à la crédibilité de sa banque, il vient de porter un coup à la rigueur dont la banque internationale a jusque-là fait preuve. Dans cette pratique peu digne qui ne sied pas  à l’image d’une banque de renommée internationale, Abdoulaye Diarra a fait plus d’une victime dans cette tromperie qu’aucun client ne peut facilement déjouer.

En effet, selon nos sources, le chef d’agence de la BIM-sa de Djélibougou procède à une filouterie montée de toutes pièces. Toute chose qui l’a conduit plusieurs fois à des interrogatoires et une fois en prison.

Dans sa solde nauséabonde, Abdoulaye Diarra promettait aux clients de leur faire débloquer des prêts d’argent. Pour preuve, une de ses victimes qui l’avait assigné en justice, après l’avoir fait séjourné 24H dans les geôles, s’est fait rembourser 5 millions six cent vingt-cinq mille FCFA (5 625000 FCFA). Portion  d’une grosse somme qui  avait été escroquée au client. Pas la seule proie du chef d’agence, d’autres clients fidèles à la banque sont à l’attente de rentrer en possession de leurs dus et restent toujours à l’ombre nocive de leur bourreau.

A entendre des victimes stupéfaites, c’est la consternation totale qui se traduit sur leur visage. Car, à en croire l’une d’entre elles, leur rêve de voir prospérer leurs entreprises avec la banque internationale pour le Mali, vient de connaitre un sacré coup, à même brisé. A ce jour, cette affaire occulte moult péripéties. La seule chose qui est sûre, est qu’entre la banque internationale du Mali et les nombreuses victimes de ce grand obstacle du chef d’agence, Abdoulaye Diarra, la confiance  n’est plus de mise.

Nous y reviendrons

JB

LE DENONCIATEUR

Suivez-nous sur Facebook sur