Malgré la promesse par le Premier ministre d’une offre chiffrée d’ici au mois de juin prochain: Les syndicats des enseignants adressent une lettre à IBK liant toute négociation avec le gouvernement au déblocage de leurs salaires

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a présidé, jeudi 21 mars dernier, le 13e congrès de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali. A cette occasion, il a rappelé aux syndicats des enseignants que leur revendication relative à la prime de logement ne saurait être prise en compte car cela entrainerait  des incidences financières beaucoup trop importantes pour l’Etat. Par ailleurs, il a pris l’engagement que d’ici au mois de juin, date de la fermeture des classes, une offre chiffrée sera faite aux travailleurs.

Pour Soumeylou Boubèye Maïga, c’est un honneur de diriger le gouvernement en cette période importante dans la vie de la nation. Cependant, précise t-il,  » à tous les collègues syndicalistes que j’ai eu à rencontrer, j’ai toujours dit que la conception que j’ai de mon devoir et de ma tache, c’est de ne jamais prendre d’engagement que je ne peux pas tenir parce qu’aucun gouvernement ne veut de problème« .

Aussi, il a rappelé le bilan de tout ce que l’Etat a fait de 2013  à maintenant, notamment les efforts financiers qui ont été consentis par l’Etat relativement aux primes, salaires et différentes prestations.  » Actuellement, je regrette de le dire, nous sommes confrontés à la grève dans le milieu enseignant. Sur leurs dix revendications, il y a sept qui ont trouvé satisfaction. Parmi les sept, il y a cette affaire de prime qui n’était pas prévue, qui n’existait pas mais que nous avons quand même accordée. Et dont l’incidence financière, c’est quand même 3 milliards de FCFA, ça il faut le dire « .

Au chapitre des trois autres revendications, il y a deux qui sont à caractère réglementaire et législatif et une de nature financière, c’est la prime de logement.  » Vous savez nous avons 63 000 enseignants sur lesquels 55 000 relèvent des collectivités. Si le gouvernement accepte les propositions qu’ils ont faites, l’incidence financière sera de 55 milliards de FCFA, si nous réduisons de moitié, c’est 20 et quelques milliards, si nous acceptons même le quart, c’est 12 milliards « .

Selon Soumeylou Boubèye Maïga cela ne peut pas se faire.  » Ça ne sert absolument à rien sous prétexte de vouloir éviter une grève de promettre ce qui n’est pas possible. Donc, j’ai proposé que nous mettions en place un groupe de travail sur les points de désaccord. Le gouvernement s’engage, à l’issue du travail de ce groupe, à mettre en œuvre tout ce sur quoi le groupe tombera d’accord. Et, d’ici le mois de juin, nous pourrions faire une offre chiffrée aux travailleurs. Je ne pense pas que ce soit déraisonnable« . Avant d’ajouter :  » Chacun en face de ses responsabilités. Moi la mienne, c’est de prendre des décisions qui ne déstabilisent l’ensemble du pays. C’est à ça que je tiens« .

 Restitution des salaires

Dans une lettre adressée au chef de l’Etat, au lendemain de l’ouverture du congrès de l’UNTM par le Premier ministre, les syndicats des enseignants ont exprimé leur inquiétude face au non respect par le gouvernement des textes qui régissent l’exercice du droit de grève en République du Mali par le blocage des salaires des mois de février et mars 2019 des enseignants grévistes et non  » En violation flagrante des dispositions en vigueur de la loi 87-47/AN-RM du 10 août 1987 qui stipule que  » des retenues sont opérées en fonction des durées d’absence constatées« .

Selon les syndicats, le gouvernement du Mali a, depuis le 1er mars 2019, bloqué les salaires des enseignants. « Cette pratique viole l’article 21 de la Constitution de 1992 et les engagements internationaux du Mali en la matière notamment : les conventions n°87 de 1948, n°98, n°135 et n°151 de 1978 de l’organisation internationale du travail (OIT), de 1998 sur le droit de grève«

Aussi, ils soutiennent que ces violations graves d’un autre temps des textes qui régissent les relations entre les travailleurs et leurs employeurs les obligent à informer IBK sur l’attitude du gouvernement malien à piétiner leurs droits.  » Les syndicats de l’Education vous prennent à témoin sur la situation des salaires indûment bloqués par le gouvernement du Mali. Ils réclament leur restitution«

Après le courrier adressé au président Kéita resté sans suite favorable, les syndicats de l’Education ont, dans une lettre circulaire datée du samedi 23 mars, informé l’ensemble des militants et le peuple malien de sa décision de lier toute reprise des négociations au déblocage intégral des salaires  » Constatant le blocage des salaires et non la retenue sur les salaires par le gouvernement malien en violation de la Constitution et de tous les textes régissant le droit de grève au Mali, ils rassurent les militantes et militants et le peuple malien de leur détermination à conduire le mouvement jusqu’à la satisfaction totale des points de revendication«

M.H

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur