Le conflit au Mali prive les enfants déplacés de l’école

SEGOU, Mali: Dans un monde meilleur, Oumou Tomboura, âgée de neuf ans, aurait déjà eu plusieurs années de scolarité derrière elle et serait capable d’écrire, de lire et de compter.

Mais au Mali, l’éducation est une autre victime du conflit.
Lorsque la nouvelle année scolaire a commencé la semaine dernière, Oumou était assis non pas sur un banc de classe, mais sur une natte à l’extérieur de la ville de Ségou, dans le centre-sud du pays, coupant en tranches des oignons et des tomates pour le prochain repas.
Sa famille fait partie des dizaines de milliers de personnes qui ont fui des groupes de militants qui se dirigeaient vers le sud, du nord du désert au centre du Mali, dans une insurrection vieille de sept ans, combattant l’armée et ses alliés.
Il y a six mois, la mère d’Oumou, Fatouma Dja, 29 ans, a quitté le dangereux village de Mamba pour trouver refuge à ses trois enfants à 200 km.
“Bien sûr, j’aimerais qu’elle aille à l’école, mais ce n’est pas possible”, a déclaré Dja.
«Quand Oumou était assez vieux pour aller à l’école à Mamba, des djihadistes sont venus et ont menacé les enseignants et l’école a été fermée. Alors elle n’y est jamais allée », dit Dja avec lassitude, portant son plus jeune enfant sur le dos.
Réputé pour ses centres d’apprentissage et de commerce vénérables au fil des siècles, tels que Tombouctou, à l’extrême sud du Sahara, et pour son patrimoine musical remarquable, le Mali est durement touché par la révolte.
Un nouveau coup est venu cette semaine avec les raids militants les plus meurtriers de l’insurrection sur deux camps militaires dans le centre du Mali, où 38 soldats ont été déclarés tués et des dizaines de disparus.
À Ségou, aucune école n’a admis les enfants déplacés aux côtés des élèves de la ville mardi, lorsque les cours ont repris.
La situation à Ségou est accablante: plus de 20 000 personnes s’y sont réfugiées et le Mali est un pays extrêmement pauvre.
Mais Abdoulaye Diallo, membre du comité d’action éducative de Ségou, qui supervise l’enseignement primaire dans la ville, a déclaré que les familles déplacées ne devraient pas désespérer.
«Les personnes déplacées doivent venir et s’inscrire auprès de nous afin que nous puissions les diriger vers une école qui les prendra», a-t-il déclaré.
Dja a dit qu’elle n’était pas au courant.
En tout état de cause, elle était occupée à faire ses économies et à assumer le coût des nouveaux vêtements, chaussures et fournitures scolaires. «Cela coûtera 50 000 francs CFA (83 dollars) et je n’ai pas cela», a-t-elle dit en baissant les yeux.
La nouvelle année scolaire sera tout aussi difficile pour ceux qui sont restés.
Une école sur trois a été fermée dans la région de Mopti, qui est la plus touchée par les raids des activistes fidèles à Amadou Koufa, prédicateur de l’ethnie Fulani – ou des Peuls. Les raids déclenchent des violences de représailles de la part de milices de défense de la communauté auto-proclamées.
Sur l’ensemble du Mali, 920 écoles sont classées comme fermées, dont plus des deux tiers dans les trois régions centrales – Mopti, Ségou et Koulikoro.
Le directeur régional Itous Ag Ahmed Iknan, de l’autorité éducative locale de Ségou, a déclaré qu’il venait d’être informé des événements dramatiques survenus dans le village de Souba.
La semaine précédente, huit militants s’étaient rendus là où ils avaient prêché pendant 50 minutes.
“Dans leur prédication, ils ont insisté pour que les écoles soient fermées”, a-t-il déclaré.
«L’armée doit revenir pour que la zone puisse être sécurisée, sinon les écoles ne rouvriront pas.»
En 2013, l’intervention militaire française a chassé les forces militantes des villes clés du nord, notamment de Tombouctou, Gao et Kidal. soutien militaire à l’armée malienne et aux troupes régionales de la force G5 Sahel mise en place pour lutter contre les insurgés.
Les forces militantes ont progressivement pénétré dans le centre, adoptant généralement des tactiques de guérilla. Les violences perpétrées par des groupes armés ont également entraîné la fermeture d’écoles au Burkina Faso et au Niger voisins, selon l’ONU.
Le gouvernement de Bamako et les organisations internationales ont réagi par des leçons à la radio, un cadre de soutien psychiatrique pour aider les enfants victimes de traumatismes ou de stress post-traumatique et des centres d’apprentissage ad hoc dans les villages et les camps.
Pour Modibo Galy, chercheur malien à l’Université de Leiden aux Pays – Bas, « aux yeux du groupe Amadou Koufa, les écoles sont l’incarnation de la culture occidentale, symbole des Occidentaux , ils se battent. »
« Les enseignants sont des fonctionnaires qui viennent parfois de l’extérieur de la région », a déclaré Galy. “Ils peuvent être soupçonnés de transmettre des informations à l’armée, d’être des espions.”
Sous cette pression intense, les enseignants quittent souvent l’école, l’un après l’autre, et la force vitale de l’école peut disparaître.

Suivez-nous sur Facebook sur