Crise scolaire : Les grévistes exigent le salaire de février avant la reprise des cours

Après un arrêt de travail du 17 février au 13 mars 2020, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 observent une trêve. Par conséquent, ils étaient supposés reprendre, hier, les cours dans les établissements scolaires publics. Notre équipe de reportage s’est rendue dans trois établissements scolaires de Bamako pour constater de visu l’effectivité de la reprise des cours.


Au Groupe scolaire de Kalaban Coura Nord, quelques enseignants se sont présentés, mais ils n’ont pas dispensé de cours parce que n’ayant pas perçu le salaire de février dernier. La directrice de l’école fondamentale de Kalaban-Coura II, Mme Barro Kadiatou Sidibé, et le coordinateur du Groupe scolaire assuraient le service minimum.
Compte tenu de cette situation, beaucoup d’élèves ont préféré rentrer à la maison. Cependant, un groupe d’élèves est resté pour faire des exercices dans une classe.
Djibril Kanté est l’un des volontaires recrutés par l’État. Cet enseignant était au rendez-vous pour dispenser ses cours. Mais faute d’élèves, il échangeait avec des collègues dans la cour de l’établissement scolaire.
Les enseignants du lycée «Mamadou Sarr» de Lafiabougou étaient sur place. Eux aussi n’ont pas occupé les classes pour les mêmes motifs (le non paiement des salaires de février dernier).
On pouvait aisément constater dans cet établissement, un arrêt total des cours. Et les enseignants regroupés au niveau de la salle informatique devisaient sur la question.
Sur les 18 volontaires déployés au lycée «Mamadou Sarr», 12 ont pris service. Mais faute d’élèves, ces nouveaux pédagogues n’avaient rien à faire. Certains enseignants du lycée «Bouillagui Fadiga» réclamaient aussi le paiement de leur salaire de février bloqué par le gouvernement.
Un des volontaires était sur place, mais n’a pas pu dispenser les cours parce que les classes étaient fermées. Seul le personnel administratif du lycée «Bouillagui Fadiga» assurait le service minimum.
Nous avons rencontré les membres des syndicats d’enseignants signataires du 15 octobre 2016. Ils ont expliqué que chacun d’entre eux a sillonné des établissements pour exiger l’arrêt des travaux pédagogiques. «Nous observons une trêve. Nous attendons que le gouvernement paie le salaire de février avant reprendre les cours», a annoncé Adama Bengaly, membre de la Synergie.

Sidi Y WAGUÉ

Source: Journal L’Essor-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur