Ce que je crois : De la crise au sein de l’éducation… Les élèves ont failli être victimes du double jeu du gouvernement.

« Qui ne me comprendra pas, ne comprendra pas davantage  le rugissement du tigre » disait Aimé Césaire dans son chef d’œuvre Cahier d’un retour au pays natal, publié 1939.  Cette citation de ce précurseur  de la négritude illustre bien la démarche des  syndicats signataires du 15 octobre qui  sont déterminés à poursuivre la lutte jusqu’à la satisfaction totale de leurs doléances. Et le gouvernement les  menant toujours en bateau, fait des élèves les premières victimes.

Le mot d’ordre de 408 heures soit 17 jours qui vient d’être suspendu après   de dures négociations effectuées entre les deux parties (les syndicats et le gouvernement).

D’après nos sources, les vraies  raisons qui ont trainé les négociations,  seraient   la réponse donnée à la question des syndicats sur l’application de la nouvelle grille sur les salaires du mois de Février 2018 (Conformément à l’engagement du Ministre de l’Éducation Nationale) n’est pas rassurante. En plus, le gouvernement imposait  aux syndicats un choix entre les deux options : soit la rétroactivité de la loi portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale, à compter du 02 Mai 2017 (date de signature du protocole d’accord) par opposition à la date du 1er  Janvier 2017 (Engagement du Ministre de l’Éducation Nationale) soit la non rétroactivité de la loi c’est-à-dire sans aucun rappel (pour l’ensemble des enseignants)  avec effet Janvier 2018 ».

A ce titre, vu que ces différentes propositions brisent le cadre de la convention établie, les enseignants se sentent encore trahis par un gouvernement hypocrite.

Par conséquent, la plupart des gens diront certainement que les enseignants sont finalement insoutenables sans chercher à savoir le fond réel de la situation. Il est clair que la déception des enseignants augmente de jour en jour face à un gouvernement manipulateur. Un gouvernement qui, depuis une année, ne fait que déplacer le problème. Le qualificatif qu’on peut lui approprier est sans doute l’irresponsabilité. Oui, l’irresponsabilité dans tout son sens.

Comment prendre au sérieux  un gouvernement qui badine avec l’éducation des enfants? Malgré le discours annoncé  au journal TV de 20 heures du  lundi 22 janvier 2018 sur l’ORTM, par un certain Mamadou Lamine Diarra, un vieux venu de nulle part et, à travers lequel, il ordonnait  la reprise immédiate des cours, les militants restent sereins, les oreilles refusant d’entendre ni de comprendre ce discours qui pourrait encore être une manœuvre de l’État. A noter que  cette déclaration qui avait mis les enseignants dans tous leurs états qui la considéraient  désormais comme une déclaration de guerre. Plus que jamais requinqués, ils ont renforcé la lutte. L’heure n’était  plus à la blague! Les maitres de la craie serraient l’étau.

En dépit de l’entente trouvée, peut-on faire confiance à un  État qui peine à respecter sa parole donnée? En tout cas, le peuple, les hommes politiques et les médias observent minutieusement les faits. Les élections présidentielles s’approchent à grand pas. Ne serait-il pas difficile de convaincre  un honnête citoyen à voter pour un gouvernement qui laisse l’école, premier pilier du développement,  dans la dérive?

Pour tout observateur vigilent, l’échec de l’éducation pourrait être un bâton dans les roues du locataire de Koulouba qui rêve certainement de briguer un second mandat.

Adama  B Sagara

 

Source:  SOLONI

Suivez-nous sur Facebook sur