Cantines scolaires au Mali: 2 236 écoles pour 559 079 bénéficiaires en 2019

La Journée africaine de la cantine scolaire au Mali a été célébrée, ce 1er mars 2019, dans la localité de Ouarala, dans la Commune de Nonsomboubou, Cercle de Kolokani. Cette 4e édition organisée par le Centre national des cantines scolaires (CNCS), en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM), Catholic relief services (CRS) (…) se voulait une journée de sensibilisation des communautés urbaines et rurales sur l’importance des cantines scolaires dans l’accès et le maintien des enfants à l’école.

La cérémonie riche en couleurs était présidée par le Secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, M. Kinane Ag GADEDA, en présence du directeur du CNCS, Sarmoye BOUSSANGA. Étaient également présents, les autorités préfectorales de Kolokani, le DAE de Koulikoro, M. Itous AG Ahmed IKNAN.

Après les mots de bienvenue du Chef de Village, Négueba DIARRA, le Maire de la Commune rurale s’est réjoui des effets positifs de la cantine scolaire, notamment à Ouarala. Il a également témoigné des activités de sensibilisation menées par l’Académie d’enseignement de Koulikoro pour l’implication des communautés à la base dans la gestion des cantines scolaires.

Le Président du Comité de gestion scolaire, Oumar DIARRA a exprimé sa satisfaction quant aux résultats de 5 ans présence de la cantine scolaire à Ouarala. Cependant, il a interpelé les autorités sur la gestion des flux scolaires qui est loin d’être reluisante dans son village. En effet, selon lui, on retrouve 160 élèves souvent par classe. Ce qui complique la transmission du savoir par les enseignants qui font tout de même un travail encourageant.

Le Directeur de l’Académie d’enseignement de Koulikoro, Itous Ag Ahmed Iknan, a indiqué que la Politique nationale de l’alimentation scolaire permettait le maintien des enfants à l’école. Elle facilite aussi les progrès dans les domaines de la nutrition, la santé, l’agriculture et le développement de l’économie locale. La Journée africaine de l’ALISCO doit contribuer à une prise de conscience de tous les acteurs et la Politique nationale de l’alimentation scolaire mérite donc d’être soutenue dans les écoles, a-t-il souligné. M. Itous Ag Ahmed Iknan a enfin relevé que son académie compte 584 écoles publiques pour l’année scolaire 2018-2019. Au moins 207 d’entre elles disposent de cantines scolaires fonctionnelles, prenant en charge 50 085 élèves, dont 22 918 filles.Le Directeur adjoint du PAM dans notre pays, Ibrahima DIOP, au nom des partenaires de la journée, a fait savoir que le Mali pouvait s’enorgueillir d’avoir anticipé la célébration de la journée en se dotant, en 2009, d’une Politique nationale de l’alimentation scolaire qui est axée sur la production locale. Dans sa politique de stimulation de production locale, rappelle M. DIOP, le PAM a démarré en 2009 un projet pilote, destiné à accroître la production locale.

Pour encourager les achats locaux, 419 écoles avec 88 200 élèves fonctionnent sur la base de transferts monétaires avec en moyenne 72 millions de FCFA par mois. Le Programme de l’alimentation scolaire est un des filets sociaux dans le monde et un outil clé pour ancrer deux grands objectifs de développement durable, notamment les objectifs N° 2 : « faim zéro » et 4 « accès à une éducation de qualité », a-t-il souligné.

Le Secrétaire général représentant le ministre de l’Éducation nationale, M. Kinane Ag GADEDA, s’est réjoui du thème retenu pour cette année : ‘’investir dans l’alimentation scolaire endogène : pour une éducation de qualité, une Afrique à l’abri de la faim et résiliente’’, qui intègre parfaitement la politique éducative du Mali qui retient : ‘’augmenter la fréquentation scolaire à travers la mobilisation effective des communautés en vue de l’implantation de cantines scolaires endogène’’, tel que proposé dans le Programme décennal, PRODEC2.

Une cantine scolaire gérée par la Communauté, appuyée par la Collectivité territoriale et approvisionnée par la Production locale pourrait être une solution durable à l’atteinte des ODD et au renforcement de la résilience dans notre pays, est convaincu le Secrétaire général. À cet effet, il a fait savoir qu’un projet pilote d’implantation de la cantine endogène est à l’étude et sera d’ailleurs proposé aux partenaires et acteurs de l’école cette année en vue de réaliser la noble ambition qui assurera la pérennisation de la cantine scolaire.

PAR SIDI DAO

info-matin

Suivez-nous sur Facebook sur