BOYCOTT DE LA RENCONTRE DE HAUT NIVEAU SUR LA CRISE DE L’ECOLE MALIENNE

Le porte-parole des syndicats, Adama Fomba donne les motifs

 

A la place d’une rencontre avec les enseignants, le Premier Ministre a présidé le samedi 11 mai à son cabinet, une réunion de haut niveau sur la crise scolaire. Un changement de dernière minute dû au   boycott des syndicats des enseignants. Jusque-là silencieux, le porte-parole Adama Fomba a expliqué hier les raisons de leur refus de participer à cette rencontre.

Les syndicats des enseignants ont boudé la réunion de haut niveau sur la crise scolaire organisée par le chef du gouvernement. Le porte-parole de la synergie des syndicats signataires du 15 octobre 2016 a déclaré que la grande messe organisée par le gouvernement n’est pas le cadre approprié pour une sortie de crise. « Le gouvernement inscrit ses actions dans un cadre qui lui permettra de régler cette question pas de façon sérieuse »,indique le porte-parole. Il dit n’être  pas d’accord que la question de l’école malienne soit gérée de façon « théâtrale ».

Cette réunion sans la participation des enseignants, qui sont pourtant les principaux concernés, est symptomatique du manque de clairvoyance  des autorités du Mali, qui veulent résoudre la grève sans les véritables acteurs.(…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MERCREDI 15 MAI 2019

PAR KADOASSO I

 NOUVEL HORIZON 

Suivez-nous sur Facebook sur