Adéquation formation-emploi : Le credo de l’ITMA

La plupart des formations livrées par les instituts ne riment pas avec les emplois disponibles sur le marché du travail dans notre pays. L’Institut africain de technologies et de management se fixe comme objectif de relever ce défi.

Depuis quelques années, l’Institut Africain de Technologies et de Management (ITMA), et certaines universités de l’extérieur telles que ESEO de Paris, ISEA etc… se sont donnés la main pour former des futurs cadres compétents au service de leurs pays respectifs. C’est dans cet esprit qu’un partenariat est né et commence à porter fruit.

Donc, pour boucler la rentrée académique 2018-2019 en beauté, la direction de l’ITMA, comme dans ses habitudes, a organisé une journée portes ouvertes, suivie d’une conférence débat. C’était le week-end dernier au siège de l’institut, sis à l’ACI Baco Djicoroni. La conférence qui avait pour thème : « Formation et employabilité » a permis à quatre panélistes de partager leurs expériences. Il s’agit du : directeur général d’ONOMO hôtel de Bamako, Jean Bosco Dembélé, du Pr Mohamed Ramdani de l’ESEO de Paris, de Me Mamadou Gaoussou Diarra, ancien ministre du Mali et Thomas Lerosier du Campus France Mali.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, le président de l’ITMA, Oumar Touré a pris la parole pour évoquer les raisons qui ont motivé la tenue de cette conférence-débat. Il a également présenté à l’assistance chacun des panelistes. La conférence, selon lui, a été organisée pour créer une symbiose entre les formateurs, les étudiants et les enseignants. Elle a permis de partager aux étudiants les opportunités d’emploi à saisir après l’obtention du diplôme. Chose qui devrait leur permettre de résoudre l’équation, adéquation-formation et emploi.
Le directeur général d’ONOMO hôtel de Bamako, a axé son intervention sur la différence qui existe entre la formation et la recherche d’emploi. Selon lui, étudier, c’est être en chantier. C’est pourquoi, il a demandé aux étudiants de ne pas confondre la formation et la compétence. Ce qui explique qu’il n’est forcément demandé de faire un job en rapport avec son profil de formation. A titre d’exemple, Jean Bosco Dembélé a cité son cas, en tant que détenteur d’un diplôme différent du domaine dans lequel il exerce. Il a aussi recommandé la maitrise de l’outil informatique et l’anglais.
Quant au Pr Mohamed Ramdani, il a présenté les avantages de l’Institut qu’il représente. Les formations dispensées en son sein, sont typiquement orientées dans les cycles d’ingénierie. Il a expliqué aux étudiants de l’ITMA qu’il y a toujours un besoin d’ingénieur dans les entreprises. De ce fait, il leur demande de mieux se former pour répondre aux besoins des employeurs.
Me Mamadou Gaoussou Diarra, fruit pur de l’école de l’une des universités maliennes, s’est révélé aujourd’hui un modèle en terme de réussite. Pour lui, le Mali a des potentialités dans plusieurs domaines. Il suffit seulement pour ces futures générations d’être audacieuses et ambitieuses. Pour ce faire, il demande aux jeunes de s’interdire d’être des spectateurs.
Thomas Lerosier, pour sa part, a expliqué, les procédures en cours, permettant d’aller étudier en France. Il a également fait cas des critères à remplir pour se faire accepter par un Institut de formation en France.
La conférence-débat a été aussi le lieu pour des invités de marque de faire des témoignages et donner des conseils aux étudiants afin qu’ils réussissent demain.
Diakalia M Dembélé
Source: Le 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook sur