Droits humains au Mali: une semaine dédiée aux victimes

Les activités de la 4e édition de la semaine des victimes se dérouleront, du 16 au 22 novembre 2019. L’information a été donnée, ce samedi 16 novembre 2019, par les responsables de la Coalition Malienne des défen-seurs des droits humains (COMADDH). C’était au cours une conférence de presse animée par le président de la COMADDH, Mohamed El Moctar MAHAMAR, au siège de l’organisation sis à la cité scolaire à Médina-Coura.

 

Pour la circonstance, il avait à ses côtés la présidente du Conseil national des victimes (CNV), Mme Haïdara Aminata MAIGA, et le président de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), Aguibou BOUARE, non moins président de la coalition nationale de lutte contre l’esclavage au Mali (CONALEM).
L’objectif de cette semaine, selon ses initiateurs, est de faire l’état des lieux des avancées réalisées dans le cadre de l’effectivité des droits des victimes ; de comprendre les défis et contraintes à la réalisation desdits droits hu-mains. Il s’agit aussi pour les acteurs d’échanger sur les éléments de pro-position pouvant permettre de mieux opérationnaliser les droits humains pour le bonheur de l’ensemble de la communauté malienne.
De même, à travers cette journée, il s’agit de magnifier les victimes et poursuivre les actions instituées à la faveur de la gravité extrême des évé-nements que notre nation a connus, à partir de 2012.
Ces événements, faut-il le rappeler, se sont traduits par des violations massives et graves des droits humains et ont beaucoup ébranlé les fonde-ments sociaux de la coexistence pacifique des communautés dans notre pays.
C’est pourquoi l’organisation de cette semaine a pour but de permettre, selon ses initiateurs, vise à créer un environnement favorable aux actions de promotion de leurs droits humains inaliénables.
La semaine des victimes regroupera une cinquantaine de personnes ci-blées, à savoir : les représentants des Institutions de la République ; les départements ministériels ; les organisations de la société civile, principa-lement les organisations de victimes ; les partenaires techniques et finan-ciers, etc.
Selon les conférenciers, les trois dernières éditions ont permis de mobiliser directement 310 personnes, dont 276 victimes, de renforcer leurs capaci-tés sur la situation des droits humains fondamentaux et de consolider leur organisation interne. Cette présente édition s’inscrit dans ce cadre.
Elle s’inscrit aussi dans le cadre de l’intensification des actions du Comité de Plaidoyer Espoir (CPE) créé sous l’égide du Projet JUPREC et de la Coali-tion nationale de lutte contre l’esclavage au Mali (CONALEM) créée sous l’égide d’ABA ROLI en vue de renforcer et rendre effectives les initiatives de lutte contre l’impunité en accompagnant les victimes dans leur quête de justice au Mali. Elle s’inscrit enfin dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de la tolérance, une valeur cardinale devant renforcer l’exercice des droits fondamentaux de l’être humain.
Dans son mot de bienvenue, M. MAHAMAR a fait l’historique de la semaine avant d’ajouter que la présente édition sera une belle fête au cours de la-quelle la vertu de la tolérance et de pardon incarneront nos agissements pour favoriser le progrès commun, singulièrement le progrès de la dignité des victimes.
De son côté, la présidente du CNV, Mme Haïdara Aminata MAIGA, s’est ré-joui de cette initiative de la COMADDH avant d’inviter toutes les victimes des différentes crises à suivre avec abnégation et assiduité les activités de cette Semaine en vue de mieux cerner les mécanismes de jouissance de leurs droits fondamentaux ; de s’approprier les actions menées en leur faveur par les différents intervenants.
Pour sa part, Aguibou BOUARE a indiqué que l’institution de la semaine des victimes participe de la volonté de la société civile à travers la CO-MADDH de mettre en place un espace de veille citoyen afin de faire des droits humains des victimes, une réalité tangible au Mali.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info Matin

Suivez-nous sur Facebook sur