Doléances des gouverneurs et des préfets à l’état : Un million de Francs CFA par mois aux familles des otages, adoption du statut particulier…

Pour réclamer à l’État une meilleure condition sécuritaire dans leur fonction conformément à leur règlement intérieur, les comités exécutifs du SYLTMAT (Syndicat Libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration Territorial et du SYNAC (Syndicat Autonome des Administrateurs Civils) projettent d’aller en grèves de 72 heures, allant du mardi 26 mai au jeudi 28 mai. A cet effet, un préavis de grève daté du 07 mai a été déposé sur la table du ministre du Dialogue Social, du Travail et de la Fonction Publique et de celui de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation.

 

Les syndicalistes ont formulé leur demande en sept (7) points : la mise à disposition d’au moins 4 agents de sécurité pour les membres du cabinet des gouverneurs, 6 agents pour les préfets et 4 agents pour les adjoints et des sous-préfets ;  la facilitation du voyage auprès de la MINUSMA ; l’escorte à l’occasion de tous les déplacements des représentants de l’État à l’intérieur et en dehors de leurs circonscriptions dans la région ; l’affectation d’un agent de protection rapproché à tous les représentants de l’État à l’instar des gouverneurs de région et leurs prises en charge par le budget de l’État ; la prise en charge intégrale des familles des otages, soit 1 million de FCFA/mois ; la prise en charge intégrale des frais médicaux des représentants de l’État blessés par les engins explosifs improvisés ; l’adoption immédiate du statut particulier des administrateurs civils.

D’après la lettre adressée aux dirigeants du pays, les syndicalistes motivent leur préavis de grève par le non-respect des promesses tenues par les dirigeants pour assurer la sécurité des représentants de l’État.

Comme preuve, ils évoquent les multiples enlèvements des préfets et leurs détentions en otage par des bandits armés : Préfets de TENINKOU, de Gourma Rharous, les sous-préfets de Hombori (Douentza), de Tilemsi (Goundam) et de Farako (Ségou). A cela s’ajoutent des tentatives d’enlèvements, des menaces de morts, des atteintes à la vie et l’intégrité physique et morale, et la destruction des locaux.

Pour réclamer ses droits, les comités exécutifs du SYLTMAT (Syndicat Libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration Territorial et du SYNAC (Syndicat Autonomes des Administrateurs Civils) projettent d’aller en grève de 72 heures, allant du mardi 26 mai au jeudi 28 mai.

Sory Ibrahim TRAORE

Zénith Balé

Suivez-nous sur Facebook sur