Destitution de Kaou Djim : Fatoumata Dicko apporte sa touche !

L’affaire sur la destitution de l’ex-Coordinateur général de la CMAS défraye la chronique. Dans une vidéo accordée à OM (Ouverture Média), la femme de Issa Kaou Djim réagit sur la destitution de son époux et avec des arguments comme qu’ils font.   

 

 

La vidéo n’est pas passée inaperçue sur les réseaux sociaux, celle de la femme de Issa Kaou Djim devant le micro de l’OM, un média en ligne, se montre intraitable sur la question de la destitution de son époux. Madame Djim n’a pas du tout apprécié la manière dont les autres membres de la CMAS se sont comportés pour vouloir faire mettre son époux à la porte. « Ce n’est pas parce que la CMAS appartient à Issa Kaou Djim, mais il s’agit de la manière dont les choses se sont déroulées. Ce n’est pas le comité exécutif qui devrait mettre fin au mandat du Coordinateur général sans que ce dernier convoque une Assemblée. Au lieu de cela, le cas d’Issa a été relayé sur les réseaux avant qu’ils ne proposent leur homme », reproche-t-elle.  

 Depuis quelques semaines, cette affaire de destitution à briser la CMAS de Dicko en deux, l’un pro-Djim et l’autre pro Youssouf Diawara et maintenant on ajoute le cas de Mohamed Salia, le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, et porte-parole du gouvernement. On se demande comment tout cela a pu se produire au vu et au su de l’Imam Dicko. Le silence de l’Imam n’est-il pas à la cause de tout cela ? En tout cas sur la page du mouvement, l’épouse de Kaou fait passer le message en montrant que tout ce qui se dresse contre son mari à part son père devra passer par lui avant d’arriver à Issa Kaou. Par ailleurs, pourquoi Fatoumata Dicko parle-t-elle de renaissance et ingratitude ? Cette paraphrase mérite des arguments à fond, d’autant plus que l’Imam n’a jamais réagi sur les propos de Kaou. En conclusion, il appartient à la seule volonté de l’Imam pour mettre fin à tout cela. Mais pourquoi donc, ne veut-il pas parler ?  

À suivre   

Lansine Coulibaly

Source : LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur