L’ouvrage ‘’Anaïssoune à l’école des Blancs’’ : Younouss Hameye Dicko, fait revivre le Gourma au temps des colons !

A la Bibliothèque Nationale du Mali, samedi dans la matinée, l’ancien ministre Younouss Hameye Dicko, non moins président du parti RDS, a procédé au lancement de son livre, intitulé «  Anaïssoune A l’Ecole des Blancs ». C’était en présence de plusieurs personnalités, dont l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maiïga.

Né en 1940 à Gourma Rharous (région de Tombouctou), Younouss Hameye Dicko, homme politique reste un féru de l’écriture. Après « Cent et une iles sur la Neva » en 1984, «  les Sables rouges de Kounti » en 1998 et « Anaïssoun ou au temps de la Baraka » en 2010, il vient de mettre dans les rayons son quatrième livre : «Anaïssoune à  l’école des Blancs’ ».

Composé de 274 pages, ce nouvel ouvrage de Younouss Hameye Dicko, parle de la vie d’Anaïssoun , benjamin d’une grande fratrie.

En effet, orphelin de père et de mère, Anaïssoun à l’âge de 7ans bien aimé par sa famille, a été arraché aux siens pour intégrer l’Ecole nomade de Gourma Rharous.   Durant tout son parcours, Anaïssoun parvient à braver les obstacles, à concilier son sens de la révolte et son désir de fuite pour retrouver sa famille avec les principes d’honneur inculqués par son éducation traditionnelle peule.

Aussi, ce nouvel ouvrage, apporte une brise d’espoir, en cette période ou le Mali cherche à résoudre le difficile problème de la réconciliation nationale. Il s’agit de l’espoir, que les hommes d’honneur et de valeur du Nord, sauront rétablir la trame du tissu social.

Dans son exposé devant un public connaisseur, l’auteur Dicko, a justifié sa motivation d’écrire ce récit.   « Je suis un homme qui vient du fin fond du Mali, dans le Gourma Rharouss. J’ai fait de longues études à l’extérieur. Malgré plusieurs propositions de postes importants là-bas, j’ai tenu de retourner au pays, pour le servir et faire comprendre à mes enfants leurs racines » a-t-il déclaré en guise d’introduction. En plus, il a précisé qu’il est important de faire comprendre aux enfants  d’aujourd’hui, ce qui s’est passé au Mali, il y’a de cela 60 à 70ans.

Ces mots introductifs de l’auteur n’ont pas  satisfaits la curiosité de l’assistance, qui voulait plus de détails de sa part. C’est pourquoi, M. Dicko, s’est soumis volontiers aux questions du public.

1er au chapitre des interrogations, un professeur chercheur du nom de Denis Douyon, a demandé à l’auteur d’expliquer le pourquoi du titre de son ouvrage. En plus, le Pr Douyon, voulait des explications sur le choix de la couverture du livre.

Face à ces questions, Younouss Hameye Dicko, a apporté des réponses précises. «  Anaïssoun, est un nom que ma mère m’a donnée, mais  l’usage de ce nom, n’a pas trop duré. Ce nom, je l’aime bien » a-t-il répondu. Quant à la question relative à la couverture du livre, il a indiqué, que le choix a été fait par sa famille.

Par ailleurs, cette cérémonie a été marquée par des témoignages. Parmi lesquels, celui de l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga. Dans son témoignage, l’ex PM Maïga, a rappelé les moments qu’il a eu à partager avec l’auteur. Ensuite, il a déclaré que tous les ressortissants du Nord se retrouvent dans ce livre. Cela, dit-il, par l’originalité par laquelle, l’auteur a fait le récit. Avant de terminer, il a invité l’ensemble du peuple malien, particulièrement la jeunesse de chercher à lire ce livre afin de comprendre la relation qui a existé entre la société et les colons.

Par Moïse Keïta

Source: Le Sursaut

Suivez-nous sur Facebook sur