Les contes en quête d’espaces

Construire sa  personnalité à partir de l’imaginaire, à travers des récits où sont mis en scène des animaux, c’est la méthode très ludique utilisée par les contes pour aider les enfants dans leur développement. Espaces privilégiés de rencontres et de partage, ces rencontres « autour du feu » n’existent plus que dans le souvenir de quelques uns.

 

Parmi les quelques initiatives qui tentent de faire revivre ces moments privilégiés de partage, « L’heure du conte », animée chaque samedi par M. Ousmane Diarra à la médiathèque de l’IFM. L’espace d’une heure, il capte l’attention de la poignée d’enfants présents dans la bibliothèque.

Livres fermés, ils écoutent attentivement l’histoire de l’éléphant et du hérisson. Ce « petit » animal auquel les génies de la forêt donnent un secret pour contrôler la seule source où viennent s’abreuver tous les animaux. Tout se passe bien jusqu’au jour où l’éléphant, pris d’un sentiment de fierté, ne veut plus demander la permission au « petit hérisson ». Catastrophe : la source s’assèche et toute la forêt risque de disparaître. Mais, comme toujours, la sagesse finit par l’emporter et les uns et les autres reviennent à de meilleurs sentiments.

« Le conte permettait de transmettre la plupart de nos valeurs sociétales » et il développe « le sens de l’écoute chez les enfants, qui, au lieu de se battre, vont se comprendre et s’entendre », explique M. Diarra.

Transmission

Conçue en 2015, l’émission « Autour du feu » est diffusée sur l’ORTM chaque dimanche depuis 2016. « Un tel espace manquait  à la télévision », explique M. Amadou Baba Diallo, son réalisateur. « Le conte est éducatif et instructif et divertit. Mais maintenant les parents n’ont plus le temps », ajoute-t-il.

Les enfants qui passent donc beaucoup de temps à regarder « les dessins animés des télévisions étrangères », peuvent pourtant être captivés, surtout s’ils deviennent acteurs. C’est pourquoi l’émission a une rubrique où les enfants partagent les contes qu’ils connaissent. « Cela poussera les parents à renouer avec l’univers des contes », espère le réalisateur. Puisque nous avons bénéficié des bienfaits de ces espaces, pourquoi ne pas en faire autant pour nos enfants ? », s’interroge-t-il.

« Nous avons abandonné nos contes », qui comportent aussi des leçons de vie,  regrette Ousmane Diarra, qui anime « L’heure du conte » depuis 23 ans. Pour perpétuer cet espace et transmettre ces valeurs, il a notamment publié « La longue marche des animaux assoiffés », « Néné et la chenille », « Les jumeaux à la recherche de leur mère » et « La princesse orgueilleuse ».

Fatoumata Maguiraga

Journal du mali

Suivez-nous sur Facebook sur