Lancé le samedi 26 janvier : Le livre “Justice en Afrique, ce grand corps malade : cas du Mali” de Me Mamadou Ismaïla Konaté désormais dans les librairies

L’ancien ministre du Mali, Me Mamadou Ismaïla Konaté, avocat de son Etat, a officiellement lancé le samedi 26 janvier dernier son livre intitulé ”Justice en Afrique, ce grand corps malade : cas du Mali ”. Un ouvrage de 164 pages qui met à nu tous les chancres qui gangrènent l’appareil judicaire malien et y propose des solutions pour une justice digne de ce nom. C’était à la faveur d’une cérémonie grandiose au Parc national de Bamako, en présence d’un parterre d’hommes de droit du Mali et d’ailleurs.

Ministre de la justice et garde des sceaux de juillet 2016 à novembre 2017, le passage de Me Mamadou Ismaïla Konaté à la tête du département a sans doute dessillé ses yeux sur le fonctionnement déplorable de la justice malienne. Par ce livre, “Justice en Afrique, ce grand corps malade : cas du Mali”, l’auteur, non seulement dénonce une justice malienne et africaine malade, mais aussi propose des solutions pour sa réhabilitation. “J’avais quelque chose à dire, je ne sais pas si je l’ai suffisamment écrit, mais je suis libéré” a fièrement lancé l’auteur, avant de poursuivre : “L’Etat de la justice malienne est mauvais, les bâtiments s’croulent, les équipements sont inexistants, les hommes sont totalement découragés et le justiciable lui-même est demandeur d’une justice de qualité qu’il n’a pas parce qu’elle n’y est pas”.

Pour l’auteur, les pouvoirs publics doivent prendre suffisamment conscience de cela et faire en sorte aujourd’hui que leurs engagements politiques se transforment en une forte présence d’une justice au profit de ses justiciers.  Cette cérémonie a été mise à profit par des hommes et femmes de droit pour témoigner de la pertinence et la richesse du livre de leur collègue. Prenant la parole, Madame Waïgalo Malado Boucoum, juge, soutiendra que cet ouvrage d’avocat est à la fois un livre diagnostic et un livre bilan. “Dans ce livre, la justice apparait comme institution dévoyée, délabrée surtout délaissée. L’auteur dénonce le dégout et le désintérêt du politique pour la justice. Un désintérêt  se manifestant par le maintien de l’institution et du magistrat dans la précarité et dans l’assistanat” s’est-elle indignée.

Pour terminer ses propos, la juge Bocoum ajoutera que les plus hautes autorités du pays ne semblent pas se rendre compte que la justice a besoin de moyens pour pouvoir fonctionner. A l’en croire, le budget du département de la Justice est en deçà de 1 % du budget d’Etat, c’est pourquoi la loi sur l’organisation judiciaire adoptée depuis 2011 n’est toujours pas effective.

Dans son livre, Me Konaté n’a pas fait que dénoncer. Il propose également des solutions pour un fonctionnement juste de notre appareil judiciaire : “Par exemple face à l’insuffisance du personnel, je propose d’utiliser les nouvelles technologies à travers des dictaphones. Toute chose qui fera en sorte que le greffier pouvait être égal à 4 greffiers pour couvrir au moins 4 audiences à ce niveau. Une solution simple, concrète, adaptée et à moindres couts” précise-t-il.

Selon le juge Cheick Oumar Tounkara, les multiples violations dénoncées dans ce livre exposent éloquemment les réalités de l’effondrement des principes de transparence, d’équité, d’indépendance et d’intégrité de la justice en Afrique.  Toutefois, M. Tounkara reste convaincu qu’une refondation de la justice définitivement débarrassée des actes de l’impunité, de la corruption et du favoritisme est possible au Mali et en Afrique.

Enfin, si dans l’ouvrage l’avocat interpelle la justice malienne, il conclura ses propos lors de cette cérémonie par une adresse à la presse malienne bien représentée à l’occasion. Pour lui, la presse malienne d’aujourd’hui a besoin de se sortir de sa torpeur : “Arrêtez de faire des papiers à la commande, arrêtez de faire les louanges des gens. Ça ne paye pas. Ce qui paye, c’est de dénoncer, allez-vous rendre compte, allez dans les tribunaux, voyez les juges et dénoncez leurs mauvaises décisions de justice”conclut-il.

A noter que “Justice en Afrique, ce grand corps malade : cas du Mali” est désormais disponible dans les librairies et les points de vente au prix de 10 000 Fcfa l’unité.

 Youssouf KONE

Source: Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur