Caricature et bandes destinées : La 3e édition lancée

La  troisième édition du FESCAB qui s’ouvre le 27 au 29 février 2020 au Palais de la culture sera est parrainée par le ministère de la Culture. Le thème est « mieux vivre ensemble ». L’information a été donnée samedi dernier par les organisateurs du FESCAB lors d’une conférence de presse, animée par Adaman Diongo président du FESCAB. C’était, au Palais de la culture amadou Ampathé Ba.

 

Pendant trois jours, le festival va réunir des dessinateurs du Mali et d’ailleurs, les éditeurs, les enseignants, les étudiant en arts, les libraires ainsi que des parrains internationaux. Après deux éditions, le FESCAB est devenu une association à part entière et est reconnue par l’Etat sous le récépissé N°0844/G-DB du 4 Décembre 2018.

Pour Adaman Diongo , le FESCAB est un rendez-vous d’échange d’expériences, de discussion, d’analyse sur les voies de promotion du dessin au Mali mais aussi ailleurs en Afrique et dans le Monde. Cet événement qui déroulera par une caravane de sensibilisation: au Mali, la caricature et la BD restent des arts marginaux. Très mal connues, ces deux disciplines sont à vulgariser auprès du public. Donc à travers un camion surmonté de banderoles, le FESCAB sillonnera la ville de Bamako accompagné de quelques humoristes. Des caricatures qui vont arracher des sourires aux uns et faire rire d’autres seront affichées ainsi que des logos de nos partenaires. La cible sera surtout les écoles et autres lieux publics. En un mot : «Appeler la population à comprendre le dessin »  a-t-il laissé entendre.

Pour Adrien Theatre l’Ambassadeur de la Belgique au Mali, c’est  la troisième année consécutive, que la Belgique appuie le Festival DE Caricature et de bande dessinée au Mali. La caricature (et le dessin en général) sont considérés en Belgique comme un art à part entière avec un potentiel économique intéressant: plus de la moitié des livres édités ou fabriqués en Belgique sont des BD dit-il.

Selon lui, les magazines de Tintin et de Spirou par exemple se sont vendus jusqu’à 300.000 exemplaires par semaine. Lucky Luke, Les Schtroumpfs, le petit Spirou, Boule et Bill, le Marsupilami sont tous belges et connus à travers le monde ! C’est un potentiel que nous espérons voir se développer au Mali dans les années à venir a souhaité l’ambassade Belge au Mali.

Cette année le thème est le « mieux vivre ensemble. C’est un thème qui nous tient très à cœur car Il faut savoir que nous aussi en Belgique, nous avons des compatriotes du Sud et Du Nord, entre les Flamands au Nord qui parlent le Néerlandais et les Wallons au Sud qui parlent le Français, nous cultivons au jour le jour l’art essentiel du vivre ensemble ». Les relations entre le Nord et le Sud du pays sont aussi animées chez nous. Mais depuis 187 ans, et en grande partie grâce au dialogue, nous arrivons à cohabiter et à trouver des compromis pour vivre en harmonie Aujourd’hui en Belgique, que l’on soit Wallon ou Flamand, chacun y trouve sa place, et l’art nous a beaucoup aidé car il permet d’aborder avec humour et légèreté des choses graves. D’ailleurs, on pourrait comparer la relation entre Wallons et Flamands aujourd’hui à celle des cousins à plaisanterie ici au Mali. (Comme les Peuls et les Forgerons, ou les Dogons et les Bozos). L’humour permet de désamorcer les tensions entre ethnies voisines ou entre clans familiaux. C’est très important de le rappeler, surtout dans un pays comme le Mali ou les caricaturistes, bédéistes, dessinateurs, peintres et jeunes artistes en tout genre ont du mal à vivre de leur art et sont victimes de nombreux préjugés. Car les jeunes maliens ont du talent. Et ce festival parmi d’autres initiatives, permet au grand public de les découvrir. Ils leur donne une plateforme de visibilité, d’expression et d’échanges.

Le FESCAB organisera une compétition nationale composée de trois concours. A savoir: Un concours de caricature pour collecter des dessins d’humour sur le thème du festival et en faire un outil de sensibilisation auprès des jeunes .Parmi eux, trois meilleurs seront sélectionnés, le premier prix sera de 200.000 FCFA avec un lot de matériel, le second prix qui sera de 100.000 FCFA et le troisième prix est 50.000 FCFA toujours accompagné de lot de matériel. Un concours de BD pour collecter des planches sur le thème du festival et en faire un outil de sensibilisation auprès des jeunes, pour cette catégorie le premier prix sera de 400.000 FCFA, le second prix sera de 200.000 FCFA et le troisième sera de 100.000 FCFA. Et Un concours « jeune talent » pour collecter des dessins ordinaires sur le thème du festival, c’est la dernière catégorie de concours, le premier prix sera de 100.000 FCFA, le second prix sera de 50.000 FCFA et le troisième prix sera de 25.000 FCFA accompagné toujours des lots de matériel.

La Compétition est faite pour découvrir les talentueux et ensuite les promouvoir. Les meilleurs  sont distingués par des prix numéraire et en nature.

Napo Bocar stagiare

 La Lettre du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur