8ème édition du Festival International de Sélingué Urban Music et Mode La paix magnifiée par les artistes!

Sous le thème de « la paix et la cohésion sociale : le rôle des femmes et des jeunes », s’est tenue du 28 au 31 mars, la 8ème édition du festival international de Selingué Urban Music et Mode sur les berges du Sankarani (fleuve Niger). Coïncidé avec le deuil national de trois jours décrété par les hautes autorités en la mémoire des victimes de l’attaque perpétrée contre le village Ogossagou, les organisateurs ont annulé la cérémonie d’ouverture pour manifester leur compassion à l’instar de toute la nation. Il fut l’occasion de magnifier la paix à travers la culture !


Concerts géants, conférences-débats, défilés de mode, foire artisanale et agricole. Le menu de cette 8ème édition du festival de Sélingué était bien garni. Autour de cet évènement l’engouement au niveau local et auprès des festivaliers venus de partout était bien visible.
Un autre constat aussi sautait à l’œil. Le port des brassards noirs par tous les festivaliers pour marquer le deuil national décrété en la mémoire des victimes de l’attaque contre le village d’Ogossagou.
Au chapitre des conférences débats, le 1er thème portant sur «La paix et la cohésion sociale : Le rôle pour les femmes et les jeunes », a été développé par Dr Lassané Sidibé, professeur d’université.
Dans sa présentation, Dr Sidibé, a mis un accent particulier sur la charte de Kouroukanfuga dans son article 16 qui stipule qu’« en plus de toutes leurs occupations quotidiennes, associez impérativement les femmes à tous nos gouvernements ».
Selon lui, quand cette charte a été élaborée, les femmes étaient représentées à travers leurs représentantes. A ce niveau, il a aussi rappelé l’article 24 de la charte qui met en garde contre toute offense à la femme.
A propos des jeunes représentant 70% de la population malienne, le professeur Sidibé a tenu un langage dur, mais de vérité. Sans langue de bois, il a invité la jeunesse à se former pour accomplir les tâches qui sont les leurs. Car, dit-il, la jeunesse tout comme les femmes jouent un rôle prépondérant dans la cohésion sociale et le maintien de la paix.
En plus de cette 1ère thématique, le Dr Lassané Sidibé, a développé une autre thématique au compte de l’Agence Nationale pour la Sécurité Routière (ANASER). Cette dernière portait sur la consommation de la drogue.
Au cours de son exposé sur ce thème, il a dégagé les causes, les défis et les inconvénients de la consommation de la drogue. En guise de références statistiques, il a révélé les données amères de la Brigade des Stupéfiants du Mali, faisant état de la consommation de la drogue par 75% de la jeunesse malienne, dont 68% de femmes.
Un autre moment fort de ce festival, a été les concerts géants. Sur le podium dressé sur la berge du Sankarani, les différents artistes invités pour l’occasion ont assuré à hauteur de souhait. Cela, à travers des prestations exceptionnelles qui ont émerveillé le public présent.
La grande satisfaction est venue du côté de la star malienne Sidiky Diabaté. Qui a fait vibrer le cœur des festivaliers par les mélodies de son cora, l’hymne national du Mali en hommage à la patrie en cette période difficile. « C’est pour exprimer qu’on soit peulh, bambara, dogon, nous sommes tous des Maliens » a déclaré l’artiste à la fin de sa belle prestation. Et d’ajouter : « le Mali est Un et Indivisible ».
La promotion des artistes locaux
Par ailleurs, les organisateurs de l’événement n’ont pas du tout manqué de se réjouir de la réussite de l’évènement avec la promesse d’apporter des innovations la prochaine fois.
Se prononçant par rapport à l’évènement, l’Administrateur général du festival international de Selingué, Ibrahim Coulibaly alias ‘’IC’’ a fait montre d’une grande satisfaction. Cela, dit-il, eu égard de l’affluence, de la bonne organisation ainsi que les spectacles offerts par les artistes.
Selon lui, la particularité de cette 8ème édition a été de mettre l’accent sur les artistes locaux. « Car il faut que tout le monde bénéficie du festival, ce n’est pas la peine de faire venir plein d’artistes étrangers pour venir ramasser les sous alors qu’ici au Mali il y a beaucoup d’artistes bourrés de talents » a – t – il affirmé pour justifier le choix de cette innovation. Cependant, il a soulevé certaines difficultés. Celle dominante en la matière, à ses dires, est l’incapacité de la ville de Sélingué d’accueillir en termes de logements, les festivaliers qui deviennent de plus en plus nombreux.
A noter qu’un tableau de reconnaissance a été offert par les organisateurs du festival au parrain historique de l’évènement, l’ex Premier Ministre, Mohamed Hamed Ag Hamani pour son soutien indéfectible au festival international de Sélingué.
Vivement la 9ème edition !
Par Mariam SISSOKO, envoyée spéciale à Sélingué

Source: Le Sursaut

Suivez-nous sur Facebook sur