Conférences Régionale pour le Développement de la Région de Taoudeni.

» La nouvelle région de Taoudéni est assaillie par des priorités et des urgences, c’est pourquoi les nouvelles autorités ont décidé de prioriser la fourniture des services sociaux de base aux populations pour un montant à mobiliser de 18 005 850 000 F CFA pour les trois (3) années à venir « .

 

C’est dans la salle de conférence du collège transitoire de Taoudéni que s’est tenue la conférence régionale pour le développement de la région du sel. Elle a eu lieu en présence des autorités administratives et politiques, des leaders communautaires et partenaires techniques et financiers qu’ont déroulés les travaux de cette première action de développement régional.

Elle a regroupé près d’une centaine de personnes. Et vise à mobiliser l’ensemble des acteurs au développement de la région autour des actions prioritaires de 2020 – 2022 issues du Programme de Développement Économique, Social et Culturel de la région de Taoudéni.

Cette nouvelle région, Taoudéni,  fait face à d’énormes difficultés tant sur le plan sécuritaire que sur le plan démographique puisqu’elle est presque quasi inoccupée.

Pourtant cette initiative de développement régional ne peut aboutir qu’avec la sécurité à travers la création d’une zone militaire, également le retour massif des populations déplacées et refugiés, la mise en valeur de ses sources d’énergies renouvelables, des innombrables richesses que recèle son sous-sol  (sel, pétrole, gaz, nappe phréatique, or, la reconstitution du cheptel etc.).

Pendant deux jours, les participants ont échangé sur les axes stratégiques pouvant amorcer le développement de la région du sel.

Selon le secrétaire général porte-parole du président du collège :  » Seul un engagement résolu dans la voie d’un développement harmonieux et durable peut contribuer à l’exploitation rationnelle, méthodique et rigoureuse de toutes ces potentialités dans l’intérêt supérieur des populations à travers aussi l’accompagnement sans faille des partenaires techniques et financiers « .

Pour le gouverneur de la région, cette action salvatrice réalisée grâce au dynamisme des partenaires de la région à savoir la MINUSMA,  l’ONG ADESAH et AVSF mérite d’être soutenue d’autres pour mieux contribuer au développement de ladite région et d’exploiter au mieux ses ressources naturelles :  » Le second souffle attendu dans cette optique découle d’un élan de sursaut collectif, d’une solidarité agissante de toutes les personnes, physiques comme morales, qui mettent au centre de leurs préoccupations l’épanouissement de l’ensemble de la région à travers une synergie d’actions constructives, d’actes concrets et de progrès. Il faut aussi se rendre à l’évidence que l’unique combat qui vaille demeure celui de réduire les disparités de développement sur cette vaste étendue désertique, de lutter contre la pauvreté et le réchauffement climatique, de privilégier une approche positive des comportements à observer en vue de relancer, sous les meilleurs auspices, l’économie de la région de Taoudéni dans la voie du salut national ».

Aujourd’hui, la région subit les conséquences de la Crise de 2012 auxquelles le Mali est confronté et qui impose une solution en vue de construire une vision concertée, à la hauteur des défis de l’heure. À noter que les discussions ont permis d’évaluer un montant estimatif de plus de 18 milliards de Francs CFA  pour la fourniture des services sociaux de base aux populations de la région de Taoudéni  pour les trois (3) années à venir.

Source : Mohamed Ag Alher Dida

Échos Médias

Suivez-nous sur Facebook sur