Communiqué de Tabital Pulaaku-Mali : L’association prône pour une mise à terme de la spirale infernale de la violence

C’est à travers un Communiqué de presse que l’ASSOCIATION DES AMIS DE LA CULTURE PEULE (AACP) TABITAL PULAAKU Mali informe avec regret l’opinion nationale et internationale, que les Forces Armées du Mali (FAMA) se livrent depuis quelques jours à un massacre systématique des populations civiles peules le long de la frontière avec le Burkina Faso, dans les cercles de Koro et Douentza. 

 

Dans l’intitulé du communiqué formulé par l’Association des Amis de la Culture Peule (AACP) Tabital Pulaaku National, il a été souligné qu’: « en seulement 72 heures, plus de 40 personnes ont été froidement abattues par les éléments des FAMA dont deux chefs de villages égorgés. Les victimes sont toutes de paisibles populations civiles trouvées et tuées dans leurs villages, sur les marchés ou dans les foires qui n’ont commis pour tout crime que celui de leur appartenance ethnique ».

Selon ledit communiqué : « le vendredi 5 juin 2020, un détachement de l’armée malienne composé de plus de 40 véhicules pick-up lourdement armés s’est rendu dans le village peul de Binédama (Commune de Madougou, cercle de Koro). Après avoir encerclé et investi le village, les militaires ont arrêté et froidement abattu 29 personnes, dont deux femmes (de 70 et de 63 ans) et une fille de 9 ans. Les militaires ont ensuite volontairement incendié toutes les habitations réduisant en cendre quasiment tout le village. Du fait de l’existence de moyens de communication modernes, l’opération militaire a été suivie en quasi direct depuis le Mali et ailleurs. Deux jours plus tôt, soit mercredi 3 juin 2020, une autre équipe des FAMA a pris d’assaut la foire du village de Niangassadiou dans la Commune de Mondoro. Avec une manière devenue routinière, les militaires auraient trié sur la base du faciès14 forains qui se sont révélés être 8 Peuls et 6 Touaregs noirs et ont été tués tous sur place avant de repartir. Des preuves matérielles de ces forfaits seraient disponibles. Le dimanche 31 mai 2020, une opération similaire avait été tentée contre le quartier peul du village de Diankabou dans le cercle de Koro ; elle a échoué grâce à de nombreuses interventions. Si rien n’est fait, la spirale infernale de la violence continuera ».

Aïssétou Cissé

LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur