Commémoration du 26 Mars : Le premier ministre salue les fruits de la révolution

26 mars 1991-26 mars 2020. Cela fait exactement 29 ans que le peuple malien, dans toutes ses composantes, s’est levé comme un seul homme pour revendiquer la démocratie et le pluralisme. Pour commémorer cette journée inoubliable, le Premier ministre Dr Boubou Cissé a déposé, hier dans la matinée, une gerbe de fleurs au Monument des martyrs.


Au-delà de la symbolique, chaque année, la commémoration de cette date est un moment fort de souvenir et de recueillement pour les nombreux martyrs de la révolution de mars 1991. C’est aux environs de 9 heures que le véhicule du chef du gouvernement s’est immobilisé à l’entrée du Monument des martyrs.
Après l’exécution de la sonnerie aux morts par la fanfare nationale, Dr Boubou Cissé a procédé au dépôt de la gerbe de fleurs au pied dudit monument. Il s’est ensuite prêté aux questions de la presse.
« Je suis très honoré et très ému de déposer cette gerbe de fleurs au pied du Monument des martyrs au nom du chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta, a confié le Premier ministre. Au-delà du rituel, a-t-il ajouté, ce geste signifie simplement que nous n’oublions pas les martyrs de la révolution malienne. Ces scolaires, compressés, femmes, leaders politiques et syndicaux qui se sont battus pour la démocratie malienne en mars 1991».

Pour Dr Boubou Cissé, il était important qu’au nom du président de la République, il vienne s’incliner devant la mémoire de ceux qui sont tombés dans le combat pour le triomphe de la démocratie dans notre pays. Selon lui, le sacrifice dont ils ont fait preuve à l’époque ne doit pas être oublié et le gouvernement fera en sorte qu’il ne soit pas vain.
Le chef du gouvernement s’est réjoui que près de 30 ans après la révolution de mars 1991, beaucoup de sacrifices consentis à l’époque ont, fort heureusement, porté leurs fruits.
Cependant, il pense que c’est à la génération actuelle de faire en sorte que ces fruits soient consolidés et puissent continuer à aller de l’avant.
Parmi les revendications de l’époque, Boubou Cissé a cité le pluralisme. « Aujourd’hui, quand on regarde notre environnement, on a une centaine de radios libres, beaucoup de journaux, des télévisions libres, des centaines d’organisations de la société civile. Tout cela faisait partie des revendications de ceux qui ont sacrifié leur vie pour qu’aujourd’hui soit au Mali », a souligné le chef du gouvernement qui a, par ailleurs, indiqué qu’aujourd’hui, chaque Malien et Malienne peut choisir ses dirigeants à travers les urnes.

« On le doit à eux. Il était important et bon que nous venions ici ce matin pour nous rappeler leur sacrifice et surtout faire en sorte qu’il ne soit pas vain », a conclu Dr Boubou Cissé.
Présent à la cérémonie, Seydou Patrice Dembélé, secrétaire général de l’AMS-UNEEM (Amicale des anciens militants et sympathisants de l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali) a déclaré avoir une pensée pieuse pour tous ses camarades tombés au champ d’honneur. Il s’agit des martyrs du 26 mars 1991 et Abdoul Karim Camara dit Cabral dont la mort, a-t-il soutenu, a été le processus de déclenchement de l’insurrection ayant abouti à l’avènement de la démocratie dans notre pays.
Seydou Patrice Dembélé a rappelé que c’est à cause de l’épidémie du coronavirus que le format de la cérémonie a été réduit car il s’agit de sauver des vies humaines. Il a appelé l’ensemble de la population à observer strictement les recommandations des services sanitaires en la matière afin de se protéger et protéger ses voisins.

Dieudonné DIAMA

Source: Journal L’Essor-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur