Cité ministérielle : Mariko met les gendarmes au pas

Dr Oumar Mariko, député élu à Kolondiéba mérite-t-il certaines bassesses au Mali ? Que non et non! Il n’est pas au-dessus de la loi mais il mérite respect et considération. Dans une République bananière, rien ne surprend. C’est pourquoi le lundi 04 Mars 2019 aux environs de 14h, un gendarme zélé bloque le véhicule CH de l’honorable Oumar Mariko au poste d’entrée de la cité ministérielle. Malgré toutes les explications de son chauffeur et de sa personne, le jeune gendarme refuse. Dr Oumar Mariko tout feu tout flammes décide de rester au poste pour l’application stricte de la consigne. À peine 15 mn, la ministre de la Culture NDIAYE Ramatoulaye Diallo se présente dans un véhicule CH que les gendarmes voulaient laisser entrer. Dr Oumar Mariko s’y oppose créant un véritable tollé.

La vie ici-bas nous réserve toujours des surprises. Recrutés n’importe comment et agissant souvent par excès de zèle, des porteurs d’uniformes ne font que souiller l’image de la corporation.

En effet, il est normal que les gendarmes appliquent les consignes. Est-ce un député de surcroît candidat malheureux à la présidentielle doit être traité comme un vulgaire individu ? Certainement que non. Dieu ne dormant pas, l’honorable Oumar Mariko a vite été honoré. Parce qu’il est resté pour jouer au gendarme. Brusquement arrive le véhicule CH de la ministre de la Culture NDIAYE Ramatoulaye Diallo. Et Mariko d’exiger de bloquer ce véhicule pour l’application de la consigne. Entre temps, les gendarmes avaient pris le soin de faire disparaître le jeune gendarme hautain et ignorant.

Bloqué par Dr Oumar Mariko, Ramatoulaye a personnellement intervenu auprès de son tonton, Dr Oumar Mariko. Qui a finalement cédé à sa fille ministre. L’un des charmes et vertus de notre pays. Tout est alors rentré dans l’ordre pour de bon. Mais, Oumar Mariko a décidé de ne pas laisser tomber cette affaire. Même s’il a mis au pas les gendarmes.

Quoiqu’il en soit, des dispositions doivent être prises pour punir le gendarme. Si et seulement si il a été bien formé et bien instruit. Parce qu’il est important de savoir si le jeune sait qui est qui? Qui mérite d’être protégé ou pas ?

Dans le cas échéant, le DG de la gendarmerie doit répondre devant l’Assemblée nationale.

Yacouba TRAORÉ

 

Source:  Zénith Balé

Suivez-nous sur Facebook sur