Cercle de Yelimané: Les difficultés soumises aux autorités compétentes

Les 12 maires du cercle de Yelimané étaient à Bamako la semaine dernière pour soumettre les problèmes au autorités maliennes.

Après deux semaines passées à Bamako pour rencontrer les différents ministres, ces douze maires étaient face à la presse le samedi dernier au Carrefour des jeunes. Le principal conférencier Madigata Gassama s’est dit heureux, car tous les ministres concernés les ont écoutés.

En réalité, les problèmes dans le cercle de Yelimané sont d’ordre sanitaire, éducationnel et sécuritaire et d’insécurité alimentaire. Pour la santé, le conférencier dira que le cercle ne dispose pas de personnel adéquat dans les CSCOM, manque de produits pharmaceutiques souvent.

Quant à l’éducation, rien ne va plus dans le cercle de Yelimané a martelé MadigataGassama. Il a souligné que les enseignants sont mutés sans l’autorisation du Dcap et les maires qui sont les employeurs avec le transfert des ressources éducatives aux collectivités.

Le cercle de Yelimané a besoin de 530 enseignants cette année seulement 271 sont sur place. Il ya un manque de 259 enseignants dans le cercle. Dans une seule classe, on peut trouver plus de 200 élèves. Le conférencier dira qu’un seul enseignant encadre souvent les élèves d’une école entière.La délégation des 12 maires ont rencontré le ministre de l’Education nationale qui leur a promis de résoudre le problème.

Dans le cercle, le problème de sécurité préoccupe les maires car le cercle ne dispose pas de commissariat de police et le personnel de la brigade territoriale de la gendarmerie existante est insuffisant .

“L’insécurité règne dans le cercle, les braquages sont en hausse. Il faut réagir vite pour la stabilité. Nous ne voulons pas d’instabilité ” a affirmé MadigataGassama.

Pour sa part, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Salif Traoré a fait une bonne réception des doléances des maires.

Le conférencier plaide pour une loi de protection des maires car les maires sont en insécurité et sont menacés dans l’exécution de leur  mission.

La délégation a rencontré aussi le Directeur général de l’ANICT au sujet du blocage des 30 millions que certaines communes devaient avoir.

MadigataGassama souligné que la campagne agricole n’a pas été bonne dans le cercle à cause des criquets. Il sollicite une aide de la part des autorités pour sauver la population de Yelimané qui est en insécurité alimentaire.

SeydouDiamoutene

Source: Le 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook sur