Centre d’insémination artificielle animale : 1,6 MILLIARD DE FCFA POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS DE L’AN PROCHAIN

La ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Kané Rokia Maguiraga, a présidé vendredi dernier la 3è session du conseil d’administration du Centre d’insémination artificielle animale (CNIA). C’était en présence du directeur général dudit centre, Pr Diakaridia Traoré, des administrateurs et des collaborateurs.

En 2015, le CNIA est né de la volonté du gouvernement de faire du sous-secteur élevage un levier du développement socio-économique qui contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.
Le Centre a pour objet d’améliorer les productions animales par l’utilisation de la technique d’insémination artificielle. Il a pour objectifs de rendre les services de l’insémination accessible au plus grand nombre d’éleveurs, d’organiser les éleveurs autour des programmes d’amélioration génétique, de productions (lait et viande) et de conservation des races autochtones.
Il vise également l’amélioration de la production laitière des vaches par la sélection et le croisement, les revenus des producteurs par l’augmentation de la production de lait et de viande et surtout de réduire la facture d’importation de lait et produits laitiers.
Ainsi, la diffusion de l’insémination artificielle à grande échelle, à travers son appropriation par les acteurs (éleveurs et techniciens) est l’une des voies sûres pour l’accroissement des productions de lait et de viande. Le chef du département pour sa part a rappelé, le don de 135.000 doses de semences animales par Sa Majesté le Roi du Maroc, Mohammed VI au président de la république Ibrahim Boubacar Kéita dans le cadre de la coopération Mali-Maroc. Cette donation constitue aujourd’hui un patrimoine génétique considérable pour l’amélioration des productions de nos races locales à travers l’insémination artificielle. Mme Kané Rokia Maguiraga a remercié Sa Majesté le Roi du Maroc pour cet appui extrêmement important et hautement significatif à l’endroit de l’élevage du Mali.
La ministre a également saisi l’occasion pour indiquer que le programme d’insémination artificielle couvre 11 bassins de production dans 6 Régions du Mali à savoir Kayes, Koulikoro/Bamako, Sikasso, Ségou, Mopti et Gao. En 2018, le CNIA a enregistré des résultats encourageants au nombre desquels, le chef du département a relevé l’insémination artificielle des caprins au profit des éleveurs du périurbain de Bamako et Koulikoro.
Les premières naissances de cet acte sont déjà disponibles, s’est réjouie Mme Kané Rokia Maguiraga. L’autre motif de satisfaction est la bonne performance de la production laitière de 10 à 15 litres de lait chez les vaches de premières générations issues de l’insémination artificielle.
La ministre en charge de l’Elevage a rappelé que l’insémination artificielle reste une priorité de son département, car elle contribue de façon significative au développement des filières lait et viande, par conséquent du sous-secteur élevage et donc à la croissance économique du Mali. Ainsi, le gouvernement, à travers le budget spécial d’investissements, a décidé de doter le CNIA d’infrastructures modernes afin de lui permettre de mieux répondre aux défis liés à la question d’insémination.
Pour l’année 2019, les perspectives s’annoncent bonnes pour le Centre. La poursuite des travaux de construction du siège du CNIA, l’amplification du programme d’insémination artificielle caprine au profit des associations féminines et des jeunes ruraux, la formation de nouveaux agents d’élevage en insémination artificielle ainsi que le recyclage des anciens et la poursuite des activités d’information, de sensibilisation et de formation des agro-éleveurs sur la gestion des troupeaux d’insémination sont des activités phares qui seront menée en 2019. Un budget de 1,6 milliard FCFA adopté par les administrateurs doit permettre au CNIA d’atteindre les objectifs assignés pour 2019.

Moriba COULIBALY

L’Essor

Suivez-nous sur Facebook sur